Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

mercredi 2 novembre 2016

Le duc de Montgomery d'Elizabeth Hoyt

Tome 10 de la série Maiden Lane
J'Ai Lu - Mars 2017
Titre VO : Duke of Sin
Résumé (traduction everalice) : Un homme de pêché
D'une beauté dévastatrice. Vaniteux. Sans scrupule. Les boudoirs et les ruelles bruissent de murmures sur de Valentine Napier, le duc de Montgomery. Libertin avéré et maître-chanteur, Montgomery rentre d'exil, déterminé à se venger de ceux qui lui ont fait du tort. Mais ce qu'il trouve dans sa propre chambre pourrait bien anéantir tous ses plans. 
Une femme d'honneur
Bâtarde, la gouvernante Bridget Crum est intelligente, téméraire et férocement loyale. Lorsque sa mère, issue de l'aristocratie, est victime d'extortion, Bridget prend place parmi la maisonnée du duc de Montgomery afin d'y trouver les pièces incriminantes... Et elle met à jour quelque chose de bien plus dangereux.
Un secret qui menace de les détruire
Étonné par cette domestique trompeusement guindée, et étonnamment pleine d'esprit, qu'il découvre en train de fouiller sa demeure, Montgomery est intrigué. Et, quand bien même elle tente de résister, Bridget ne résiste pas au charme narquois du duc. Alors que tous deux entament un dangereux jeu du chat et de la souris, ils réalisent rapidement qu'ils ont chacun des secrets, et qu'aucun des deux n'est aussi infâme, ou innocent, qu'ils le paraissent.
Lu en VO.
Alors ce titre-là, il est incroyable... Étonnant, voire détonnant...
Vous vous souvenez de Valentine Napier, le duc de Montgomery? Plein de morgue, riche à millions, et à moitié fou... tel qu'il nous est présenté dans le tome précédent (à lire avant celui-ci pour mieux en savourer la substantifique moelle).
Voici donc, dans un historique, fait assez rare pour le souligner, un authentique Méchant : dangereux, non, non, pas faussement dangereux, réellement létal... Incroyablement cynique, mettant en oeuvre dans l'ombre d'innombrables chantages, juste pour le plaisir d'être satisfait de ses réussites... libertin qui use des femmes sans en éprouver la moindre tendresse... Incapable d'amour, atrophié totalement du côté du cœur... Égocentrique, fanfaron, immoral, on pourrait presque le qualifier de schizophrène, avec une lourde tendance à l'ennui, bref, le pur et dur anti-héros par excellence.
Pouh, c'est du lourd, n'est-ce pas? Comment faire d'un tel être un héros de romance? 
Face à lui, Bridget Crumb ("crumb" signifiant "miette"), sa gouvernante. Pas une gouvernante de comédie comme on en rencontre tant dans les romances historiques, pas une petite jeune fille noble qui a déchu et qui se retrouve miraculeusement à la tête d'une grande maison... Pas une mauviette au sang bleue. Bridget s'est faite à la force du poignet, elle est efficace et exigeante, elle connaît son boulot, elle connaît son statut et sa position dans le monde. Et elle fait face à son employeur. Sans peur. 
Ce qui pour Valentin revient à un challenge : jusqu'où pourra-t-il aller avant de la faire plier? Cette petite chose, cette fade souricette, face à lui, le flamboyant, l'inégalé duc de Montgomery?
C'est le genre de livre que j'adore : intelligent, vif, accrocheur. Un de ces livres où la qualité de la relation et des interactions entre deux êtres que tout aurait dû opposer est quasi explosive...
Je l'ai lu, dévoré plutôt, totalement fascinée. Et encore une fois totalement conquise par le talent d'Elizabeth Hoyt. 
Un coup de coeur, un vrai, un pur...
     / 5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire