Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

dimanche 28 février 2016

L'homme idéal... ou presque de Kristan Higgins

Tome 1 de la série Gideon's Cove
Harlequin - Juin 2014
Titre VO : Catch of the Day
Résumé Si Maggie devait faire la liste de tout ce qui la rend très heureuse dans la vie, ce serait :
- le Joe’s, le restaurant plein de charme qu’elle dirige – une véritable institution pour les 1 407 habitants de Gideon’s Cove* ;
- une famille (presque toujours) aimante, et surtout une sœur jumelle avec laquelle elle partage une entente et une complicité à l’épreuve de tous les chocs de l’existence ;
- un chien qu’elle adore ;
- des employés fidèles et dévoués – quasiment une deuxième famille.
Déjà pas mal, n’est-ce pas ?
Pourtant, si elle en avait le pouvoir, Maggie ajouterait volontiers une dernière petite chose à cette liste : un homme très amoureux d’elle, qu’elle aimerait aussi à la folie, et avec lequel elle vivrait un bonheur conjugal à faire pâlir d’envie toute la population féminine de Gideon’s Cove. Hélas, entre son amour impossible et malencontreux pour le père Tim, le prêtre de la paroisse, ses blind dates catastrophiques et sa liaison torride avec Malone, ténébreux et mutique pêcheur de homards, elle doute de pouvoir un jour y parvenir…

* minuscule bourgade de pêcheurs aux confins du Maine.
Du Kristan Higgins dans la pure veine de Kristan Higgins... Sans surprise, on retrouve avec grand plaisir dans ce titre les ingrédients garants de son succès :
- une narration alerte, réactive, et aigre-douce, à la première personne, qui nous fait partager le monde intérieur d'une jeune trentenaire délicieusement généreuse, Maggie, gaffeuse, et malchanceuse en amour. Une  héroïne-meilleure-amie-idéale...
- des situations cocasses mêlées à des scènes de vie pleines de charme et de détails, judicieusement parsemées d'instants poignants ;
- un générique, où famille, amis, et membres de la communauté villageoise forment un ensemble délicieux. S'en détachent des personnages que l'on n'est pas prêt d'oublier : le père Tim et son humanisme solaire, sa détermination et son charme ; la sœur jumelle, Christy, complice, drôle et tendre ; ou encore la meilleure amie, Chantal, l'allumeuse sexy au franc-parler détonnant...

A noter tout de même : la romance ici porte-t-elle sur un couple d'humains? Ou plutôt sur une jeune femme et son chien? Car pour les amoureuses des chiens, il y a des pages propres à vous faire fondre, sourire... et pleurer. A vrai dire, cette romance-là m'a davantage tenue en haleine que celle entre Maggie et son homme de granit. Ce personnage masculin, désespérement mutique, me semble manquer singulièrement de sex-appeal. Il m'a laissé un goût d'inachevé tant j'aurais voulu en savoir davantage sur les motivations qui l'animent. D'où ma conclusion : le style "ours grognon" peut parfois atteindre ses limites.
Toutefois, ce qui me plaît surtout avec cette auteur, et ce qui me divertit, c'est bien... ce  et ceux qu'elle met en scène autour de la relation amoureuse. Kristan Higgins a vraiment l'art et la manière de conquérir ses lectrices. 
Rien de nouveau, donc, avec ce joli roman, mais la garantie d'un vrai divertissement pour qui aime les comédies romantiques... et les chiens. 
, 5


1 commentaire:

  1. J'adore les livres de Kristan Higgins, je ne suis même plus objective, j'adore sa plume qui me procure toujours des fou-rires, j'adore ses héroïnes complètement fantasques qui se mettent dans des situations invraisemblables et tellement drôles...
    Et j'ajouterais que contrairement à toi cette fois, j'adore les héros mutiques, surtout celui-ci pour lequel j'ai une tendresse particulière...
    Bref, je suis une inconditionnelle !

    RépondreSupprimer