Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

samedi 30 janvier 2016

Pour un simple baiser de Julie Anne Long

Tome 2 de la série Pennyroyal Green
 J'Ai Lu - Mars 2016
Titre VO : Like No Other Lover (Octobre 2008)
Résumé (Traduction everalice) : Maintenant ou jamais...
C'était la dernière chance pour Cynthia Brightly, la plus ensorcelante des belles du Beau Monde. Ecartée de Londres à cause d'un scandaleux secret, elle doit absolument se dénicher un époux d'importance lors de la grande partie de campagne donnée par les Redmond, avant que la nouvelle de sa chute ne se répande à travers tout l'Angleterre. Malheureusement, quelqu'un, à Pennyroyal Green, est déjà au courant des murmures qui l'entourent, à propos d'engagements rompus et de duels : Mile Redmont, l'explorateur renommé et - grâce à la disparition de son frère - héritier de l'énorme fortune de la famille.
Miles a eu des vues sur Cynthia autrefois, à l'époque où la belle ambitieuse se trouvait trop bien pour un simple second fils. Mais à présent que, selon toute apparence, il est l'héritier, il savoure son pouvoir. Il lui propose un marché : il ne dira mot des secrets explosifs de Cynthia et l'aidera à se trouver un mari parmi ses invités, en échange d'un unique baiser.
Quel mal peut faire un simple baiser? Cynthia est sur le point de le découvrir : il peut provoquer une intense passion. Et Mile Redmont n'est certainement pas un amant comme les autres.
Lu en VO.
Cynthia Brightly, son nom seul la résume : étincelante, charmeuse... Irisée, délicate, poudrée comme les ailes d'un papillon bleu, chatoyante. Telle en est la première vision de Miles Redmond, entomologiste à l’œil froid, explorateur courageux, tant physiquement qu'intellectuellement. Intense observateur, scrutateur, décortiqueur des âmes et des mécaniques... sans cœur, dirait-on. Jusqu'à ce jour. Hélas ! Miles découvre très tôt que la créature n'a de céleste que l'enveloppe. 
Quelques années plus tard, Cynthia Brightly, dont la superbe ambition sociale a été rabattue au gré de circonstances malheureuses, est amenée à séjourner pour deux semaines dans le domaine familial des Redmond. L'occasion rêvée pour Miles, alors irradiant d'aplomb, proprement époustouflant de maîtrise, avec son langage acéré et son regard coupant, de donner une leçon à la magnifique, à l'opportuniste, Cynthia. Mais ce sera surtout, au fil des jours et des intrigues, l'occasion pour chacun de se livrer à une étonnante leçon de chose : l'amour, ici, se vit comme une re(con)naissance, une respiration complice, entre deux êtres d'exception. 
Ce deuxième opus nous entraîne donc cette fois du côté de la famille adverse. Après un premier aperçu des Eversea, avec le fringant Colin du tome 1, nous voici immergées dans l'antre des Redmond, l'autre famille dominante de Pennyroyal Green. Une famille peuplée de riches personnalités, dont les moindres ne sont pas le père, Isaiah, toujours aussi impressionnant, ou Violet, la prometteuse sœur cadette qui aura droit à son histoire, ou bien encore l'énigmatique Lyon, l'héritier disparu (dont l'histoire, couronnée de lauriers, vient de sortir en VO).
Depuis le temps que cette série me faisait de l’œil, le moins que je puisse dire est que ce volet-ci tient encore toutes ses promesses. Complètement différent du tome 1, tant dans l'intrigue que dans les caractères des héros, il se lit pratiquement d'une traite.
La vigueur de la langue de l'auteur y est pour beaucoup. Quant à ses deux héros, ils m'ont carrément fascinée, tour à tour séduite, rebutée, agacée, émue, amusée, voire bousculée, mais jamais ennuyée. Leur premier baiser, suivi de leur première conversation, est un vrai morceau d'anthologie, savoureux, tout simplement parfait pour qui aime les échanges vifs, sensuels et spirituels. Quand les sentiments s'imposent comme une évidence alors que la raison freine des quatre fers :
He couldn't lift his head again. Somehow this kiss had created its own gravity, and he was at his mercy.
Il faut aussi voir Cynthia à l'oeuvre dans ses manœuvres de séduction de Lord Milthorpe, et se délecter de sa façon de rougir, pour saisir toute la fraîcheur insolente et amusante de l'auteur ! Un régal ! Quant aux réunions de salon, elles donnent lieu à de savoureux moments, comme en double épaisseur : les conversations à voix haute s'ourlent irrésistiblement de pensées intérieures décalées et fines, de non-dits et d'actes cachés.
L'inénarrable chapitre 11, lu pour ma part dans un bus, m'a fait hurler de rire intérieurement : j'ai rarement lu une scène burlesque aussi réussie dans une romance historique, à part peut-être dans Laura Kinsale ou Loretta Chase. Rien que ce chapitre vaut son pesant d'or ! Quel humour, mordant, un rien cruel ! Quelle énergie ! Et quelle frappe d'analyse dans la perception des relations ! 
Les deux héros finissent par se reconnaître au fil d'infimes touches, au gré de simples rencontres qui deviennent presque de grands moments épiques, et l'histoire d'amour se constelle de lumineuses poussières qui en jalonnent le chemin, une araignée nommée Susan, le châton Spider, un mouvement d'épaules qui se carrent, bardées de courage, une paire de lunettes embuée,... de la fierté, de l'intelligence, de la passion, et de la vulnérabilité. Quel cocktail parfaitement équilibré !
It was, of course, an absurd gift. And so perfect she felt her eyes burn ridiculously, and she felt fiercely angry again. Had Miles Redmond meant for her to fall in love? With something, with anything? Did he mean for her to look at something she loved and think of him?
How dare he.
Like No Other Lover est à la fois drôle et grave, émouvant et crédible. C'est une bien belle histoire de vue et de mue, ou quand l'amour fait émerger d'âmes esseulées toute la poésie, la douceur, et l'espoir, en les rendant encore plus belles et plus fortes : Cynthia et Miles, tous deux exigeants, passionnés, et intenses, sont tellement, tellement fait pour vivre leur "happily ever after" ! 
, 25 / 5


1 commentaire:

  1. Celui-ci aussi m'attend.... décidément....
    J'adore la nouvelle couverture, elle est superbe !

    RépondreSupprimer