Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

dimanche 11 septembre 2016

Les ducs préfèrent les blondes de Loretta Chase

Tome 4 de la série Dressmakers
 J'Ai Lu - Février 2017
Titre VO : Dukes prefer Blondes
Résumé (Traduction everalice) : Les propositions de mariages bi-hebdomadaires émanant d'hommes qui ne voient pas plus loin que sa beauté (soi-disant à couper le souffle) commencent à taper sur les nerfs de lady Clara Fairfax. Dans une tentative désespérée pour être autre chose qu'un pur ornement, elle s'échappe pour se rendre à son oeuvre de charité favorite. Pour faire face aux menaces qui pèsent sur un jeune garçon, elle se tourne alors vers un avocat, Oliver Radford, un homme très agaçant à la stature imposante et sombre.
Bien qu'il se retrouve, d'une façon totalement inattendue, dans la peau d'un potentiel héritier à un duché, Radford n'a jamais fait partie de la haute société. et cette beauté blonde, bien qu'apparemment dotée d'une cervelle, ne fait certainement pas partie de  ses projets. Mais Clara parvient à terrasser son infaillible sens de la logique, et lorsque le mariage semble imminent, tout ce qu'il peut faire est de ne pas perdre la tête pour elle... 
C'est un mariage malencontreux au vu des standards ordinaires, mais tous deux sont bien loin d'être ordinaires. L'héritière la plus admirée de la haute société et le célibataire le plus impossible de Londres pourront-ils succomber à leurs propres désirs, qui sont incontrôlables?
Lu en VO.
Enfin, enfin, l'histoire de Lady Clara Fairfax, cette jeune beauté, parangon de la haute société, croisée au fil des lectures dans tous les tomes de la série Dressmakers, et plus particulièrement dans le tome 3.
Lady Clara a tout pour être heureuse, semble-t-il : elle est belle, fortunée, et parfaitement bien élevée. Mais comme on a pu s'en douter en apprenant à mieux la connaître lors des aventures de la famille Noirot, Clara est bien plus que cela : elle ambitionne d'être quelqu'un de réel, une vraie personne qui compte pour ce qu'elle est, au-delà de sa parfaite enveloppe.
Cependant, les règles de la haute société, si contraignantes, la condamnent à un mariage sans ambition. Aussi se donne-t-elle pour mission, avant de s''enterrer vivante, de s'épanouir dans une oeuvre de bienfaisance qui lui tient à cœur, la mise en sécurité de jeunes femmes autrement destinées à la rue. 
C'est en voulant secourir le jeune frère d'une de ses femmes de chambre qu'elle est amenée à rencontrer Oliver "Raven" ("Corbeau") Radford. un homme de loi à la réputation d'intransigeance et d'intelligence inégalables.
Ça, pour ce qui est de l'intelligence, Radford se la pose là : il est tout simplement surdoué, doté d'un intellect qui fonctionne à 250 à l'heure ! Il se donne lui aussi des missions et s'y engage en force, sans jamais mâcher ses mots ou plier face à quelque force que ce soit. 
Sa rencontre avec Clara démarre sur de mauvaises bases, car il n'est pas du tout décidé à lui venir en aide. Pourtant, très vite, tous deux se rendent compte qu'ils peuvent rivaliser d'intelligence, et leurs échanges en prennent d'autant plus de vigueur... Enfin un homme qui ne la considère pas que pour sa seule beauté, même si cet homme est d'un naturel atrocement arrogant... Entre eux deux, la séduction est évidente et la lecture prend une tournure jubilatoire. 
Un vrai bonheur ! Leur couple prend de l'ampleur avec maestria, leurs interactions sont pleines d'esprit, les dialogues étincellent de vives réparties et j'ai juste adoré les voir apprendre à s'ajuster l'un à l'autre, à se reconnaître, à se respecter, puis à se ménager une place en complémentarité. Les deux héros m'ont complètement charmée, et plus particulièrement Oliver, très incisif, mordant, forte-tête, à l'imposante présence. Un héros comme je les aime... 
Petit détail : malgré ce que pourrait laisser croire le titre, il n'est pas duc, mais héritier d'un titre... 
Un joli quatrième tome qui semble clore la série, en beauté...
   , 25  / 5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire