Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

dimanche 11 septembre 2016

Lady Be Good de Meredith Duran

Tome 3 de la série Rules for the Reckless
Pocket Books - Juillet 2015
Résumé (traduction everalice) : Issue d'une famille de criminels aguerris, Lilah Marshall a tourné le dos à son passé pour essayer de devenir une jeune femme bien. A son poste d'hôtesse d'accueil à Everleigh, une prestigieuse maison de vente aux enchères londonienne, elle mène une vie toute vertueuse faite d'art et de culture. Ses rêves sont à portée de main - jusqu'au jour où un séduisant et énigmatique vicomte la prend la main dans le sac en train de commettre un vol auquel elle a été forcée.
Christian "Kit" Stratton, vicomte Palmer, est le héros de guerre le plus prisé dans la haute société. Mais ses sourires enjôleurs cachent un lourd secret : il est poursuivi de la haine d'un fou qui a juré de détruire tous les êtres qu'il aime. Lorsque la poursuite de son ennemi le conduit à la Maison de vente Everleigh, il force Lilah à l'aider. Mais le moindre effleurement pourrait leur être fatal. Car tandis que Kit menace tout ce qui est cher à Lilah, la perdre pourrait le détruire.

Lu en VO.

Encore une fois, merci Mme Duran pour vos héros décalés, inventifs, et extrêmement attachants! Quel roman brillant ! 
Lilah Marshall, alias Lucy Monroe, est issue des milieux interlopes de Londres, de ces quartiers où la pire misère côtoie le crime et où la survie est affaire de chance... Elle a été élevée, ainsi que sa petite sœur, à la mort de son père, lui-même un caïd parmi les caïds, par son oncle, un autre roi des gangs. Elle lui doit sa survie, mais aussi une solide formation en cambriolage et autres méfaits. A l'heure où commence ce roman, elle est en voie de réussir son rêve de toujours : s'extirper de sa gangue pour vivre une vie meilleure, en tant qu'employée modeste d'une maison d'enchères, puis partir dans la campagne anglaise... quelque part... loin , ailleurs... Mais le destin en décide autrement, et Lilah se retrouve piégée par deux volontés contre lesquelles elle ne peut pas grand chose.

Lilah est une jeune femme que l'on ne peut qu'admirer : à force de volonté et de courage, sans illusion sur elle-même, mais avec une juste ambition, elle a réussi à se réinventer entièrement, et elle mérite mille fois de parvenir à concrétiser ses rêves. Lorsqu'elle rencontre Kit, elle se trouve en mauvaise posture... Prise entre l'enclume et le marteau, entre les volontés de son oncle, et celles de l'homme qui la surprend en train de voler : Christian Stratton, le vicomte Palmer.
Kit est un célèbre héros de guerre, mais qui traîne derrière lui quelques casseroles... Et notamment un ennemi mortel n'hésitant pas à tuer les êtres qui lui sont chers.
Lorsqu'ils se rencontrent, eh bien... leurs relations ne commencent pas vraiment sous de bons auspices, puisqu'il la fait chanter pour la convaincre de travailler pour lui. Comme souvent chez Meredith Duran, le personnage masculin est loin d'être un parangon de vertu, loin aussi d'être un personnage tout d'une pièce. Ni noir, ni blanc, parfois détestable, mais peu à peu attachant, puis carrément fascinant... Elle excelle à ce genre de traitement, et c'est une des raisons pour lesquelles j'aime tant cette auteur.
Pas besoin d'en dire plus : c'est de la romance racée, ingénieuse,  et que j'ai lue avec frénésie, ce qui n'est plus si courant...
Et cerise sur le gâteau, l'oncle de Lilah, un personnage pourtant hautement condamnable, tout pétri de son code de l'honneur interlope, et suintant d'une séduction étonnante, sera le héros du tome 4...
Affaire à suivre, donc, pour encore une fois m'émerveiller de perles historiques : eh oui, la romance peut être grande...
    , 5 / 5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire