Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

lundi 16 janvier 2017

Retour à Glasgow de Karen Ranney

Tome 1 de la série MacIain
Harlequin - Mai 2016
Titre VO : In Your Wildest Scottisch Dreams
Résumé : Lorsque Glynis revient à Glasgow après la mort de son mari, elle n’a plus rien de la jeune fille vive et spontanée qu’elle était autrefois. A Washington, elle a appris à tenir sa langue et à maîtriser ses émotions, en digne épouse de diplomate. Elle n’aurait jamais cru qu’à son retour au pays, et surtout au contact de son premier amour, devenu un homme d’affaires florissant, son tempérament d’Ecossaise se réveillerait et mettrait en péril la délicate mission qu’on lui a confiée…
J'avais très envie de découvrir cette nouvelle série de Karen Ranney, surtout que c'est sa dernière série écossaise...
Si je n'ai pas encore lu sa série des Highlanders dont seuls deux titres sont traduits chez J'Ai Lu, j'avais plus qu'apprécié ma lecture d'Un si joli conte de fée, dont la finesse psychologique, ainsi que la justesse historique et contextuelle, m'avaient enthousiasmée. C'est donc forte de cette impression que je me suis lancée dans ce premier opus.
Déjà, le lieu, le contexte et l'époque, m'ont accrochée : loin des salons snobinards de la haute société londonienne, Karen Ranney nous propulse ici en 1862, à Glasgow, cité en pleine mutation, dotée d'une bourgeoisie d'affaires talentueuse, avec un grand capitaine d'industrie pour héros, Lennox, propriétaire d'une entreprise plus que florissante de construction navale.
Ce qui constitue déjà un arrière-plan prometteur se double en plus de perpétuelles mises en réseau avec la guerre fratricide qui oppose les Confédérés à l'Union outre-Atlantique, car on est alors en pleine guerre de Sécession. De multiples répercussions affectent ainsi la destinée des entreprises, mais aussi des individus, qui ont pu prendre fait et cause pour l'un ou l'autre camp. Et si la Grande-Bretagne est officiellement neutre dans ce conflit, Lennox, le héros s'apprête à livrer à un sudiste un navire forceur de blocus, ce qui donne lieu à des actes d'espionnages, de sabotage, voire plus... créant ainsi une tension supplémentaire tout au long du récit.
Ce volet, agrémenté d'une reconstitution vraiment palpitante de la ville, ainsi que des usages réglementant la vie sociale de cette époque, est un vrai plus, car le tout est vivant, soigné et ingénieusement intégré à l'histoire. Cela donne beaucoup de crédibilité au récit, et par contrecoup aux personnages, aussi bien principaux que secondaires, qui sont eux aussi très bien amenés.
Le couple principal fonctionne, si l'on n'attend pas de grandes envolées passionnées.
Glynis, veuve de retour de Washington, a perdu toute sa spontanéité, sa fraîcheur et sa gaieté. Un peu amère, très renfermée sur elle-même, elle revient aux sources, dans sa ville, celle de son enfance, de sa jeunesse, et de son premier amour. Nous avons donc ici un roman sur les amours d'enfance teinté d'une certaine amertume, aux notes un peu doucereuses et nostalgiques, dans lequel l'héroïne peine à se livrer, et se protège tellement qu'elle semble inexpressive tout au long de son aventure. Si l'auteur ne nous faisait pas part de ses pensées intérieures, on pourrait la croire aussi amorphe et insensible qu'une planche.
Mes réserves, malheureusement, vont concerner le traitement du personnage féminin. J'ai bien compris le pourquoi de sa métamorphose, avec ces judicieux aller-retour entre passé et présent, mais j'aurais aimé que Glynis prenne davantage d'initiatives pour préserver, ou tout au moins pour exprimer, sa véritable personnalité. Au final, il m'a semblé qu'elle avait bien vite abdiqué face à son époux diplomate pour se couler dans un moule. Et dès lors, j'ai beaucoup regretté qu'elle n'abaisse pas davantage ses défenses face à Lennox, le constant, l'admirable, le juste et le courageux, un bien beau personnage masculin ! Elle paraît si froide ! Et même hypocrite ! Bizarrement, j'ai préféré Eléonore, sa mère, ou Duncan, son frère, voire même Lucy la fielleuse ou Charlotte l'ergoteuse... Tant les personnages satellites sont justes et tiennent une vraie place dans l'histoire...
Le caractère de l'héroïne mis à part, le tout est vraiment une réussite qui m'a fait voyager aussi bien dans le temps que dans l'espace, en compagnie de personnages très attachants !
Un titre de cette nouvelle collection d'Harlequin qui m'a réellement emballée ! 
   , 5 / 5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire