Une citation

UNE CITATION
She raised her head and she was laughing. "Oh, Valentine, whatever shall I do with you?"
He looked at her calculatingly. She seemed soft, amenable, perhaps even open to suggestion after her shock.
He smiled as charmingly as he knew how. "You could marry me."
She smiled back, a little sadly. "Could I?"
"Yes," he said earnestly. "You could."
But she merely shook her head and laid it again on his breast.
He thought and thought - many considered him quite a genius, including himself - and at last he thought of something he could say. "I'm sorry."
She lifted her head. "What?"
Yes, this was obviously the correct thing to say. "I'm sorry for killing Dyemore." He remembered the pool of blood around Foxy. "And possibly the man wearing the fox mask."
He thought about the men who had kidnapped her.
But he hadn't done anything to them... yet. He glanced out of the corner of his eyes at her. Surely she didn't have some nonsensical rule about future murders?
Just in case he crossed his fingers.
And smiled at her.
Duke of Sin - Elizabeth Hoyt

lundi 13 février 2017

Les nuits de Ceylan de Rosemary Rogers

Harlequin - Août 2014
Titres VO : Surrender to Love ou Dangerous Surrender
Résumé : Elevée sur l’île de Ceylan, où l’air tropical embaume les épices et les parfums d’orchidée, Alexa a toujours su que, pour se sentir vivante, il fallait être libre. Et non courir les bons partis dans les bals, comme le voudrait sa tante. Aux badinages des gens du monde, aux prétendants insipides, au destin d’épouse soumise, Alexa oppose une résistance farouche. Toute lady qu’elle soit, elle compte bien prendre son destin en main, s’instruire et, plus tard, aider son père à la plantation de café qui appartient à leur famille. Mais lorsque celui-ci lui révèle le mystère qui pèse sur sa naissance, toutes les certitudes d’Alexa s’effondrent. Soudain, une seule question importe : qui est-elle vraiment ? La réponse, elle va devoir aller la chercher bien loin de chez elle. Sous le soleil de Rome, dans les palais napolitains ou dans le Londres de l’Angleterre victorienne, Alexa n’aura désormais de cesse de suivre la piste de ses origines. En prenant garde de ne pas se perdre dans les bras de Nicholas Dameron, un vicomte orgueilleux et terriblement séduisant qui, depuis la première nuit où il lui a dérobé un baiser sous la lune de Ceylan, ne cesse étrangement de croiser son chemin…
Rosemary Rogers est une auteur controversée, je sais... Elle a la réputation de ne pas faire dans la demi-mesure dans le genre "je te hais mais quand même je t'aime malgré moi"...
On retrouve dans Les nuits de Ceylan les principaux éléments de son univers : une toute jeune fille, héroïne de romance "à l'ancienne", délurée, sauvageonne, farouche et fière (ah ah ah), séductrice-née, dotée d'une sensualité de courtisane, la peau brillante sous le clair de lune, des yeux d'enchanteresse, etc etc etc... Sans oublier impulsive, colérique, et butée. En ai-je oublié? Bref, vous voyez le genre? 
Une tête-à-claque.
Mais ce qu'elle aime bien, Rosemary Rogers, c'est mettre un peu de plomb dans la cervelle de ses créatures indomptables. De préférence grâce à l'entremise d'un spécimen masculin taillé pour le rôle. En l'espèce, ici, on a un Nicholas sur mesure : coureur de jupon, méprisant, intéressé uniquement par la galipette, de préférence pimentée, la galipette (mention cordes), le tempérament de feu de la demoiselle éveille en lui de profondes envies de... hm... la mettre au pas... Et quand je dis la mettre au pas, c'est plutôt la coucher sous lui... Sans s'embarrasser de beaucoup de délicatesse, c'est le moins qu'on puisse dire. 
Si vous aimez ce genre de relation où, de fait, il n'y en a pas, c'est-à-dire que les deux héros passent leur temps, lorsqu'ils se rencontrent, à se hurler dessus en se provoquant, dans une totale incompréhension de ce qu'est l'autre, alors procurez-vous ce livre. 
Pour ma part, j'ai fait l'effort de le lire jusqu'à la fin, y croyant, y croyant, ... Et puis non, aux trois-quarts du bouquin, je n'y croyais plus.
Disons que je l'ai terminé pour remplir une case de mon défi (ben oui, il fait plus de 500 pages). Déçue, le mot est faible, par le peu de romance présente dans cette histoire. Mais pas que...
J'ai apprécié la plume de l'auteur, riche et sophistiquée, ainsi que l'univers exotique dans lequel la première partie du récit m'a transportée, l'île de Ceylan. J'ai bien aimé aussi le côté roman initiatique qui permet de suivre presque au quotidien les avancées d'Alexa. Mais l'histoire se perd ensuite dans des méandres d'histoire de vengeance et de maisons closes, de grand-mère haineuse, de secrets de famille un peu trop "soap serie" et de coïncidences improbables.
Les défauts n'ont pour moi pas réussi à racheter les qualités !
, 5 / 5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire