Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

lundi 12 janvier 2015

Le mystérieux duc de Bewcastle de Mary Balogh



Tome 6 de la série "Le Bedwyn"
J'Ai Lu - Novembre 2014
Résumé éditeur : L'arrogant duc de Bewcastle ne côtoie que la société la plus raffinée. Aussi prend-il pour une domestique maladroite la brunette mal fagotée qui vient de l'asperger de citronnade. En réalité, il s'agit de Christine Derrick, une jeune veuve aussi gaffeuse qu'impertinente. D'abord agacé, Wulfric est vite séduit par sa joie de vivre. Sans détours, il lui propose de devenir son protecteur. À sa grande stupeur, Christine refuse. En proie à des tourments qu'il n'imaginait pas, le duc en vient à demander sa main. Aucune femme sensée ne déclinerait une proposition si mirifique. Mais Christine n'est pas comme les autres : elle veut un mari qui ait un cœur...

Lu en VO (deux fois^^)
C'est rare que je donne cet avis, mais si vous lisez VO, ne le lisez pas en français !
Personnellement, je suis très fâchée avec la traduction qu'en a proposée J'Ai Lu, car elle ne rend absolument pas justice à la qualité suprêmement littéraire de la langue de Mary Balogh, à sa légèreté, à son esprit et à sa sensuelle élégance.
Sans compter que le livre en VF est amputé d'une grosse soixantaine de pages (365 pages pour le texte VO écrit en petits caractères, contre 312 en français en caractères confortables), tellement on a rogné dans le texte original pour en faire un produit hyper aseptisé, un texte passe-partout qui  le mouline allègrement !
Désolée pour les lectrices qui ne lisent pas VO, elles auraient mérité mieux avec ce merveilleux final, qui est une sorte d'aboutissement baloghien. La quintessence de la romance régence.
Dans le texte original, c'est un chef-d'oeuvre absolu, chaque mot est à sa place, chaque phrase mérite d'être relue, tout y sonne juste, profond, et beau.
Et tout y est : émotions, passion, intelligence des dialogues et de situations, amour fou tout en pudeur, tendresse, élégance et esprit anglais, et aussi, ce que Mary Balogh a peut-être eu tendance à oublier dans sa dernière série, humour savoureux.
Ce titre fait définitivement partie de mon top 10. C'est simple, je viens de le refermer pour sa deuxième lecture et je n'ai qu'une envie : le relire, encore et encore... mais toujours en anglais.
 / 5


2 commentaires:

  1. Woouh, ton billet me donne envie de l'acheter immédiatement, c'est exactement le genre d'histoire qui me fait fondre :)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fais-toi plaisir, Calliope, tu ne le regretteras pas ! Mais pour en profiter encore mieux, n'oublie pas de lire les tomes précédents de la série, dans lesquels MB a su créer l'attente (et quelle attente !!) avec le personnage hautement charismatique et emblématique de Wulfric, LE duc de Bewcastle, l'essence même des Bedwyn !
      Bonne lecture ;-))

      Supprimer