Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

samedi 12 avril 2014

La perle rare de Laura Lee Guhrke

Tome 1 de la série "Les héritières"
Harlequin - Mars 2016
Titre VO : When the Marquess Met his Match (HarperCollins - Octobre 2013)
Résumé éditeur (Traduction everalice) : C'est une marieuse... Le métier de Lady Belinda Featherstone, c'est de guider les héritières américaines jusqu'au mariage, et de les éloigner d'hommes comme Nicholas, le Marquis de Trubridge. Mais le très charmant et très peu fréquentable marquis recherche une épouse fortunée, et il engage Belinda pour l'aider dans sa quête. Sa tâche semble aisée : procurer à ce chenapan le genre de femme qu'il mérite. Mais les baisers brûlants et enflammés de Nicholas lui disent bientôt le contraire, ce sera loin d'être si facile.
C'est un parti parfait... Nicholas prévoit d'épouser une mignonne jeune fille, riche et jolie, afin de redresser ses finances. Il est ainsi bien content de payer une agente matrimoniale qui l'aidera. Mais à peine a-t-il goûté aux lèvres de Belinda que son plan d'action, si sensé, de mariage arrangé, part à vau-l'eau, et le voilà qui aspire à prouver à son adorable entremetteuse qu'il est un parti parfait... pour elle.  
Lu en VO.
L'histoire
Belinda, à 27 ans, a une réputation sans tâche. C'est une veuve réputée pour ses bonnes mœurs et son respect des convenances. D'origine américaine, mariée à 17 ans, puis trompée et ruinée par son vaurien de mari qui, après l'avoir consciencieusement dépouillée, l'a guérie de tout penchant romantique, elle est devenue marieuse dans la bonne société anglaise. Elle se fie donc aveuglément à son propre jugement pour cerner les personnalités, les qualités et les failles de ceux qui l'entourent. Froide, prude et bien élevée.
Le jour où le marquis de Trubridge croise sa route, elle s'engouffre dans la brèche : un si bel homme, tout pétri de vertus et de charmes viriles, et auréolé de relents de scandales, ne peut être quelqu'un de fiable ni de respectable. Il ne mérite aucun effort. Surtout lorsqu'il lui avoue tout de go qu'il souhaite, plus que tout, s'engager dans un mariage de raison : son nom et son rang contre la dot conséquente d'une riche jeune fille américaine. Car le marquis, qui n'est pas ce qu'il laisse paraître, n'a pas le choix, s'il veut échapper aux desseins malveillants de son propre père, le duc de Landsdowne. Pleine d'à priori, elle tente d'abord de lui mettre des bâtons dans les roues, avant de se rendre à l'évidence : ses tentatives d'évitement restent inutiles face à la détermination de cet homme. Surtout que très vite, Nicholas tombe sous le charme abrasif de cette américaine qui se situe à l'exact opposé de ses vœux. Soucieux de restaurer sa bonne réputation, il ne peut se permettre de désirer sa marieuse. D'autant qu'elle le bat froid une bonne partie de leur histoire, malgré l'attirance électrique dont elle se défend...

Mon sentiment
Pour tout dire, je peine à écrire cet avis, car deux jours après sa lecture, j'ai déjà oublié la quasi totalité de l'histoire.
Voilà une romance londonienne, bien écrite, mais qui ne m'a malheureusement pas transportée. Laura Lee Guhrke prend tout son temps pour installer ses personnages, trop peut-être, ce qui plombe un peu le début du récit. Il m'a manqué un je-ne-sais-quoi, une écriture plus sensuelle, peut-être, plus de fraîcheur et plus de tonus.
Ce roman se développe autour des relations des héros : comment une attirance impossible, entre deux êtres que tout oppose extérieurement, d'une guerre à couteaux tirés, se transforme peu à peu en amour. Une romance londonienne qui navigue de salons en parcs, et de tasses de thé en parquets de bal.
Heureusement que Nicholas, beau séducteur sexy et adorable, insuffle à ces pages son allant et son charisme. Sinon, je me demande si je l'aurais lu jusqu'à la fin. Sans être transportée par l'histoire, somme toute très classique, dans sa facture comme dans son déroulement, je me suis laissée séduire par ce bel aristocrate désinvolte et vulnérable qui retrousse ses manches à la fin pour conquérir le cœur de sa belle. Les derniers chapitres semblent, par contre, traités un peu rapidement, et j'aurais aimé avoir davantage de détails sur son évolution et sur sa relation avec Belinda, qui, pour le coup, devient très vite consensuelle.
Pourtant, Laura Lee Guhrke, lorsqu'on sait ce dont elle est capable, on ne peut pas l'abandonner en chemin... Donc, malgré le manque d'équilibre et d'énergie de ce premier tome, je lirai la suite avec plaisir, car j'ai hâte de savoir ce qu'il adviendra de l'amie de Belinda, Edie, et de son époux aventurier, le Duc de Margrave, dont l'histoire sort dans quelques jours...
, 5/5



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire