Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

jeudi 3 juillet 2014

Étrange complicité de Suzanne Enoch

Tome 2 de la série "Les rebelles"
J'Ai Lu - Mai 2014
Titre VO : Taming an Impossible Rogue
Résumé éditeur : Au lendemain d'une cuite carabinée, Keating Blackwood, en piteux état, doit écouter les malheurs de son cousin, le très snob Fenton : plutôt que de l'épouser, sa fiancée s'est enfuie pour travailler dans un club de jeu. Quelle honte ! Fenton irait bien la récupérer lui-même, mais les portes de l'établissement lui sont fermées. Si Keating pouvait raisonner l'insolente, il le dédommagerait généreusement pour sa peine.
Fauché, paria de la haute société, Keating n'a pas grand-chose à perdre en acceptant ce marché. C'est du moins ce qu'il pensait... jusqu'à ce qu'il pose les yeux sur Camille.
Après l'agréable surprise du premier tome, celui-ci m'a un peu fait douter. On y retrouve pourtant toutes ces choses qui m'avaient fait apprécier l'auteur et son univers dans le tome 1.
Deux héros mis au rebut par la société apprennent peu à peu à assumer leurs erreurs et à en retirer les leçons, tout en construisant une jolie relation d'amitié et de confiance. Keating, avec son humour à froid de grand susceptible a pas mal de prestance, malgré des côtés plutôt rebutants... Un pari risqué, d'ailleurs, car, surnommé Bloody Blackwood, il a tout de même tué un homme et se vautre depuis dans l'alcoolisme. Mais son souci de rédemption le conduit aussi travailler à la réparation de ses fautes, bon an, mal an, et ce grand spécimen de mauvaise graine éruptif gagne ses galons de héros quand même.
J'avoue avoir eu plus de mal avec l'héroïne, Camille, plus difficile à cerner et qui ne m'a pas particulièrement touchée - trop lisse et trop pâle malgré sa posture de rebelle, pas assez creusée à mon goût. Par contrecoup, je n'ai pas très bien saisi ce que Keating Blackwood lui trouve.
Au bout du compte, cette intrigue m'a paru un rien tirée par les cheveux et parsemée de maladresses. Certains personnages secondaires sont trop caricaturaux, avec cet ancien fiancé bête à manger du foin et tout gonflé de son importance ou cette famille si fielleuse qui aurait gagné à un brin de nuances. D'autres tirent largement leur épingle du jeu : le duc de Greaves parcourt l'histoire de sa nonchalance caustique et racée, et il me tarde de lire le tome 3 pour le connaître davantage.
 / 5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire