Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

vendredi 11 juillet 2014

Le ravisseur de Paula Quinn


Tome 1 de la série "Les héritiers des Highlands"
Milady - Juin 2014
Titre VO : Ravished by a Highlander
Résumé éditeur : Rob MacGregor était à mille lieux d’imaginer un jour frayer avec la couronne Anglaise, et pourtant…
1685. Davina Montgomery est le secret le mieux gardé de la couronne. Fille de Jacques II, elle a grandi au couvent pour y recevoir clandestinement une éducation catholique. Lorsque son père meurt, elle doit lui succéder. Après un acte de trahison terrible, son identité est révélée, et sa place convoitée par des candidats au trône prêts à tout pour la supprimer. Heureusement, Robert MacGregor, fils d’un puissant lord Écossais et futur chef de clan, va la tirer de ce mauvais sort en l’emmenant jusqu’à son île de Skye natale. Pendant leur périlleuse chevauchée, ils sont irrésistiblement attirés l’un par l’autre. Bientôt, leur désir leur permettra de triompher de tous les obstacles...

Dommage, je me faisais une telle joie de retrouver Paula Quinn, après l'éblouissant Laird of the Mist, le tout premier opus de la série des MacGregor, que j'ai découvert en VO. En vérité, à la lecture de ce Ravisseur, je suis restée, tristement, un peu sur ma faim.
Si j'ai retrouvé avec plaisir l'écriture bien travaillée, voire même un peu précieuse de l'auteur, le tout reste plutôt classique, avec un héros décrit comme une grande brute revêche, mais que j'ai eu du mal à ressentir comme tel, et une héroïne un peu floue difficile à cerner.Je n'ai pas très bien compris sa situation familiale et son histoire familiale... un peu alambiquée. A ce propos, le résumé éditeur en dit bien trop alors que Paula Quinn joue savamment des interrogations que peut se poser le lecteur sur le secret de Davina. Du coup, l'effet de surprise à la fin d'un des chapitres de la première partie du roman tombe à plat. 
La relation sentimentale qui s'installe entre les héros est très simple, avec un côté évident et limpide que j'ai néanmoins apprécié. Mais la fin semble un rien bâclée, avec des obstacles entre eux trop facilement surmontés.
Côté scénario, cette histoire recrée une sorte de remouture de Laird of the Mist. Point positif, cela donne l'occasion de retrouver l'île de Skye et le domaine de la famille MacGregor. J'ai eu un petit coup au cœur quand Maggie, la sœur de Callum, le héros de Laird..., est décrite comme une "vieille dame", elle qui est toute jeunette alors, mais retrouver certains autres personnages de ce livre, et notamment Callum, m'a fait très plaisir.
La rencontre avec les divers descendants des deux premiers tomes m'a donné très envie d'en savoir plus sur leurs futures aventures. Paula Quinn est toujours divine lorsqu'il s'agit de faire interagir ses personnages masculins, mêlant humour et finesse, enrobé d'un certain côté rugueux fort viril et fort appréciable...
Donc je lirai la suite de cette série avec plaisir, d'autant que vient de sortir le tome 1 de la nouvelle série de l'auteur qui suit celle-ci, et que ce nouveau joli petit opus m'attend dans ma PAL VO.... 
Oui, car, la famille MacGregor, je ne m'en lasse pas... 
, 5 / 5

2 commentaires:

  1. Ooooh non !
    Je l'ai acheté il y a une semaine en espérant me régaler en lisant ce livre. Mais là, du coup, je sais plus trop si je le commence ce weekend ou pas.
    Bon, bon, je vais y réfléchir.

    En tout cas, merci pour ton avis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hamisoitil, n'hésite pas à le lire pour t'en faire une idée, il est vraiment très très bien écrit et ne manque pas de nombreuses qualités. A mon avis, il trouvera ses lectrices. J'ai été peut-être un peu sévère, la faute à mon emballement sur Laird of the Mist. J'ai hâte d'en savoir plus sur ton ressenti ;-))

      Supprimer