Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

dimanche 16 novembre 2014

Edenbrooke de Julianne Donaldson

Milady - Septembre 2014
VO Mars 2012
Résumé éditeur : Eprise de liberté, Marianne Daventry n'est pas heureuse à Bath. Lorsque sa soeur l'invite à passer l'été à Edenbrooke, la jeune femme n'hésite pas une seconde. Devant parfaire son éducation, condition sine qua non pour pouvoir prétendre à l'héritage de sa grand-mère, Marianne tente désespérément de ne pas se laisser charmer par le maître des lieux, sir Philip. séducteur patenté. Parviendra-t-elle à contenir les élans de son coeur ou succombera-t-elle à son sourire ?
Edenbrooke, domaine rêvé, intemporel et chargé d'émotions, accueille dans son cadre, précieux et raffiné, presque familier pour les lectrices de Jane Austen, la métamorphose d'une toute jeune fille de 17 ans, Marianne.
L'adolescente, charmante et vive, devient une jeune femme, charmante et vive, sous nos yeux complices. Elle se dépouille peu à peu de tous les complexes qui couvaient sous la surface, de toutes ses contradictions aussi,  ainsi que des multiples combats intérieurs qu'elle partage avec nous. Une jeune fille  de 17 ans qui doute, qui souffre de solitude et qui a bien du mal à trouver sa place dans le monde qui l'entoure. Cette adorable demoiselle, trébuchante et maladroite, courageuse et téméraire comme on peut l'être à cet âge, pudique, attendrissante et drôle, fait ici, genre oblige, l'apprentissage de l'amour. Mais d'abord de l'amitié. De la camaraderie. De la complicité. Un papillon sort de sa chrysalide, le temps d'un séjour à la campagne. 
"J'étais perdue, et plutôt aveugle", dit-elle à la fin. 
"Ainsi, c'était cela le paradis." ... Edenbrooke ou la révélation de l'amour. 
Philippe, à ses côtés, est LE gentleman dans toute sa splendeur, tendre, plein d'humour, vigoureux et combatif, il est terriblement séduisant, le pendant masculin idéal à ce domaine idéal. 
Avec une grâce mêlée d'une légère mélancolie, des sentiments forts tout au long de l'histoire sont effeuillés finement. Le sourire vient aux lèvres, le cœur bat la chamade ou se ressert, tout vibrant du profond romantisme qui habite ces pages.  Ici, pas de scène charnelle exacerbée, les gestes les plus osés ne consistent qu'en quelques baisers et effleurement de mains. Et pourtant, "pourquoi mon cœur battait-il à tout rompre, et pourquoi avais-je l'impression de m'effilocher?"
Équilibre. Souffle. Pudeur. Beauté. Et aussi parce que les lignes de la déclaration d'amour écrite par Philippe sont parmi les plus belles que j'aie pu lire. Ce livre est un enchantement auquel il est difficile de rendre justice, si ce n'est en le lisant.
Et tant pis pour les événements finaux, un peu trop convenus. Pour moi, ce sera un beau...
, 75/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire