Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

dimanche 14 décembre 2014

Lady Sophie's Christmas Wish de Grace Burrowes

Tome 1 de la série "Duke's daughters" (ou tome 4 de la série "Windham")
Sourcebooks Casablanca - Octobre 2011
Résumé éditeur (Traduction everalice) : Lady Sophie Windham dispose de quelques jours de solitude dans la demeure londonienne du duc son père avant de rejoindre sa famille dans le Kent. Mais subitement bloquée par une tempête de neige, elle se retrouve avec un bébé abandonné sur les bras, et la seule assistance d'un bel inconnu plein de gentillesse qui lui épargne un complet désastre.
Son domaine en ruine, Vim Charpentier ne voit pas en quoi Noël est une période de réjouissances. Son attirance croissante pour Sophie Windham est la seule chose qui lui réchauffe le cœur - mais lorsque les frères de Sophie la font partir, les souvenirs les plus éprouvants qu'il ait d'un séjour antérieur dans le Kent se ravivent. Il semble que Sophie ait tu des secrets, et, à présent, il faudra bien davantage qu'un baiser sous le gui pour que ses souhaits les plus chers se réalisent...
Grace Burrowes, c'est un peu comme le chocolat ou les crèmes glacées... C'est riche, c'est fondant et c'est addictif ! Et on y revient toujours, une fois qu'on y a goûté.
Suite directe de la série des Windham qui compte deux novellas et trois romans, dans lesquels on se familiarise, voire on s'apprivoise, avec la famille du duc Percival Windham, celui-ci est donc le premier tome qui met en scène les cinq soeurs.
D'abord, mon nouveau ressenti sur ce roman et une drôle de constatation : Grace Burrowes, c'est une sorte de Nora Roberts, mais sur le mode historique. On retrouve chez elle le même sens de la famille, la même affection qui relie ces hommes virils et protecteurs, sensibles et sensés, et ces femmes pratiques, sensuelles et tendres. On s'y délecte aussi de pages et de pages de dialogues très spirituels, enlevés. On y sourit, on y rit, on fond de tendresse. Et toujours, on se régale de ces gestes du quotidien et des aspects sensuels des relations entre hommes, femmes, jeunes et moins jeunes, voire âgés, enfants et animaux. Bref, un univers riche, cohérent, et très très attachant.
Les premiers tomes m'avaient bien plu, surtout grâce aux héros et à tous ces liens familiaux, ces touches de complicité, et cette récurrence d'un tome à l'autre des mêmes personnages finement ouvragés.
Ici, divine surprise, j'ai été encore plus convaincue par l'écriture (qui, soit dit en passant, est beaucoup plus travaillée que dans sa série des Lonely Lords, un peu sur la même échelle que sa merveilleuse série des MacGregor). Il n'y a qu'elle pour rendre sensuelles des scènes entières tournant autour du sacro-saint plateau de thé, avec bouchées glacées et minis sandwichs au jambon. Bizarrement, la répétition presque rituelle de scènes d'un livre à l'autre (et celui-ci est mon quinzième de cette auteur) participe du plaisir de la lecture... Exemple : les premières scènes d'amour dans lesquels l'acte en lui-même est toujours "dévié", ou le coiffage de la chevelure de sa belle par le héros.
Les relations entre les héros sont délectables, et certaines scènes vraiment finement écrites (exemple, lorsque Win identifie l'instant où Sophie tombe amoureuse du bébé)
Quant au scénario, foin des incohérences. Ici, lors de la rencontre entre Sophie et Win, chacun garde son anonymat et se contente de faire connaissance, en dehors de toute contingence sociale puisqu'ils sont isolés par une tempête de neige. Avec un bébé. Kit. Ah. Comment dire? Il y a des pages à lire, là, qui feraient fondre toute glace hivernale : car Win est un pro des bébés, et il est juste craquant et adorable avec le petit bout de chou dans les bras. Kit, le petit Christ- opher ou Christ- ian, est le pivot de cette douce histoire de Noël dans laquelle, irradiants de charme et de séduction, les trois frères Windham, Gayle, Valentine et Devlin, tiendront in fine les rôles des rois mages, le tout dûment sanctifié par le couple divin d'Esther et Percival, les amoureux parents de la tribu. Une tribu au charme insolent qui tient, autant que le couple premier des héros, le haut de l'affiche dans ce tome-là. C'est un pur plaisir de les voir interagir, on s'y croirait !
Bref, si vous avez envie d'un délectable conte de Noël, ne vous privez pas de ce petit plaisir plein de douceur, d'éclats de sourires et de rayons d'amour.
, 25 / 5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire