Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

dimanche 21 décembre 2014

Les joyaux du soleil de Nora Roberts

Tome 1 de la série Magie irlandaise : Les joyaux du soleil
 J'Ai Lu - Octobre 2014 (Réédition en intégrale)
Résumé éditeur de l'intégrale : Ardmore, petit village de pêcheurs sur la côte irlandaise.
Entre le pub Gallagher où l’on danse et chante, les maisons fleuries et la campagne alentour, ce coin typique du pays attire de nombreux touristes. Mais c’est surtout la légende de lady Gwen et de son chevalier Carrick qui attise la curiosité des visiteurs... Victimes d’une malédiction, les amants sont devenus des fantômes qui hantent parfois la lande, pleurant sur leur triste sort. Pour les réunir et briser le sortilège à tout jamais, trois couples devront s’unir à Ardmore. Aidan et Shaw Gallagher, ainsi que leur sœur Darcy, trouveront-ils l’amour en ce lieu plein de magie ?
Tome 1 : Les joyaux du soleil
Quelle jolie excursion celtique ! On s'y croirait, dans cette Irlande moelleusement dessinée, brumeuse, mystérieuse et accueillante.
Le genre d'endroit où on aimerait se perdre le long des petits sentiers, pour admirer les jardins fleuris, les cottages, et les ciels et les mers changeants. 
L'idée de marier contes traditionnels racontés par le héros et journal intime de l'héroïne au récit m'a beaucoup plu, c'est à la fois très poétique et romantique, voire parfois dramatique. Le roman avance sans temps mort, avec un zeste de magie et de merveilleux de bon aloi.
L'histoire d'amour entre un Aidan charmeur et déterminé, et une Jude un rien pathétique, perdue lorsqu'elle s'aperçoit qu'elle n'a pas d'ouvre-boite électrique, est bien amenée, avec beaucoup de tendresse.
Et la galerie des personnages satellites donne beaucoup de relief et de convivialité au tout. Les Gallagher, vrais produits celtes éruptifs et forts en gueule, bourrus et un rien bourrins, tous aussi beaux les uns que les autres, valent largement le détour. Sans oublier l'humour discret qui jalonne les dialogues, et les interactions dans la fratrie qui ne manquent pas de piquant.
C'est donc un vrai plaisir de poursuivre l'aventure, et de se plonger de plus belle dans la belle île verte en si séduisante compagnie.
 / 5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire