Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

mercredi 4 février 2015

Un si joli conte de fées de Karen Ranney

J'Ai Lu - Octobre 2014
Titre VO : Once Upon A Wicked Time
Résumé éditeur : Une rencontre, un baiser, et Tessa tombe amoureuse du duc de Kitteridge. Trois ans plus tard, le conte de fées se réalise : elle l'épouse. Pourtant, le lendemain de leur nuit de noces, le prince charmant déserte sa belle pour batifoler en ville. D’office, Tessa s’installe dans la résidence londonienne de son époux qui, furieux, lui ordonne de s'en aller. Mais la jeune duchesse n'est pas aussi docile qu'il le pensait. Ils pactisent. Soit, elle restera et, dès qu'elle tombera enceinte, elle retournera à la campagne se consacrer à son rôle de mère. Fine mouche, Tessa fait semblant d'accepter, alors qu'en secret elle est bien résolue à gagner coûte que coûte l'amour de son mufle d'époux.
J'ai particulièrement apprécié l'aspect non conventionnel des héros : Jered est un vrai mauvais garçon, un de ces maléfiques héros que l'on adore détester et dont on ne découvre les clés que parcimonieusement, au rythme de l'héroïne.
Quant à Tessa, quelle héroïne ! Ne vous attendez pas à une jeune pimbêche ! Malgré ses 19 ans et son âme de pure romantique, elle fait montre d'une sacrée force de caractère et fait feu de tout son esprit, de tout son humour et de tout son amour pour peu à peu effectuer un véritable peeling sur les sentiments et la personnalité de son époux. Loin de se satisfaire du statut de jument poulinère auquel son mari voudrait la cantonner, elle répète à l'envie, comme un mantra, qu'elle souhaite devenir son amie. A cette fin, elle se retrouve dans des situations impossibles jusqu'à l'humiliation suprême qui fait tout basculer.
Quel détestable héros, ce duc ! Déterminé à prendre bêtement tous les risques, mêmes les plus insensés et les plus infantiles, odieux jusqu'à la nausée.
D'ailleurs, ce n'est pas un hasard, à mon avis, si Tessa est régulièrement sujette aux hauts-le-cœur ! Glacial et coupant, aveugle, arrogant et superficiel, bref, sa beauté mâle peine à rattraper ses lourdes et fréquentes erreurs de parcours et de jugement. Il m'a plu, pourtant. Juste grâce à l'incroyable talent de l'auteur dont la finesse d'analyse parvient à faire de ce débauché au cœur aussi noir que sa parure, un homme solitaire, mal dans sa peau et finalement, meurtri. 
Alors oui, tout n'est pas rose entre eux, bien au contraire. On pousse de hauts cris d'indignation intérieure devant sa façon de traiter, par une volonté affirmée de mise à distance, sa jeune et adorable épouse, mais que cela fait du bien de casser un peu les codes alchimiques de la romance.
Le prologue de conte de fées nous promet monts et merveilles, quand tout le roman à la suite démontre que l'amour n'est pas un long fleuve tranquille, qu'il faut savoir combattre pour le mériter, en veillant aussi à ne pas se trahir soi-même. Mais le roman, dans un magnifique mouvement circulaire, se clôt sur la formule magique obligatoire dans le conte de fées. Et j'y ai cru.
Pas vraiment de grandes scènes épiques d'affrontements... Karen Ranney propose plutôt des situations délicates, difficiles, voire inconfortables, et un peu cruelles, pour faire de ce faux conte une histoire un peu noire sur les bords. Je n'ai pas pu m'empêcher d'évoquer Meredith Duran, à cause de cet aspect sulfureux des relations entre les héros, même si les dialogues sont moins mordants. Quelques passages flirtent avec le drame, et un parfum de nostalgie affleure régulièrement, notamment dans l'évocation touchante de l'amour du père de Jered pour sa femme. Dans cet incessant duel de volontés où l'indépendance de l'un fait front à l'ingérence affective et butée de l'autre, le couple merveilleux des parents de Tessa apporte un air rafraîchissant et optimiste, et de l'eau au moulin des tenants de la vision romantique de l'amour : complices, follement amoureux l'un de l'autre, ils tiennent une vraie place tout au long de l'histoire.
Le volet historique et culturel, très soigné et étayé de nombreuses références littéraires, a aussi participé à mon plaisir, tant est bien rendu, sans appesantissement superflu, le contexte de cette année 1791. Quant aux scènes d'amour, elles restent très sages, peut-être pour mieux nous faire sentir que là n'est pas l'essentiel dans l'épanouissement de l'amour, comme le comprend très vite Tessa.
Sans attendre grand chose de ce titre dont le résumé ne me parlait pas plus que ça, disons qu'il me semblait un peu bateau, j'en ressors convaincue de parfaire ma connaissance de cette auteur à la plume discrètement talentueuse, une auteur qui comptera à l'avenir dans ma bibliothèque
, 5 / 5




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire