Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

dimanche 19 janvier 2014

Beauty and the Blacksmith de Tessa Dare

T3,5 de la série "Spindle Cove"
Avon - Avril 2013
Résumé éditeur  (Traduction everalice) : Avec sa beauté et son élégance, il est prévu que Miss Diana Highwood épouse un aristocrate fortuné. Du moins, c'est ce que sa mère a toujours clamé haut et fort à Spindle Cove. Mais Diana ne se sent attirée ni par les ducs, ni par les Lords. Le seul homme qui fait battre son cœur, c'est le forgeron du village, Aaron Dawes. Séparés par leur naissance et par leur fortune, ils ne pourraient être plus mal assortis...  mais durant ces instants volés de pure passion dans la forge, ses fortes mains semblent tellement à leur place. Ont-ils réussi à se forger un amour qui durera ou jouent-ils seulement avec le feu?





L'histoire
Un forgeron? Un vrai? Un qui travaille de ses fortes mains? Qui fabrique les fers des chevaux? Et les clous? Qui transpire à grosses gouttes en assenant de violents coups de marteau sur du métal chauffé à blanc? Et n'oublions pas le sexy tablier en cuir...
Oui, oui. C'est bien le héros, complètement original et authentique, de cette nouvelle. Un héros qui aurait mérité, à mon avis, un traitement plus développé, tant cette figure, toute d'ardente virilité, a de potentiel romanesque. Quel dommage que Tessa Dare se soit contentée d'une nouvelle pour cette histoire enflammée !
Diana Highwood, la belle du village, que l'on a vue arriver dans le village, avec ses sœurs, Minerva, qui vient d'épouser Lord Payne, et Charlotte, dès les premières lignes du tome1 - ne s'y est, elle, pas trompée. Cet Aaron Dawes, elle le fantasme depuis deux ans, c'est lui, et pas un autre, surtout pas un de ces aristocrates rêvés par sa mère, qu'elle veut. Car sous la douceur couve le feu, et l'on sait bien qu'il existe peu d'endroits aussi ardents qu'une forge.
Leur histoire commence donc vers la fin, avec cette cour plutôt simple dans laquelle il leur faut s'imposer l'un à l'autre malgré le véritable gouffre social qui les sépare. On ne sait pas exactement comment ils sont tombés amoureux l'un de l'autre, c'est comme si la nouvelle nous racontait les 15 derniers chapitres d'un roman qui n'aurait donc été écrit, ce que je regrette après coup, car j'aurais aimé en savoir plus sur Aaron qui, loin d'être une grosse brute d'artisan manuel, se révèle comme un être sensé doté d'une âme d'artiste.

Mon sentiment
J'ai trouvé que l'écriture de Tessa Dare avait moins de mordant que dans ses romans, peut-être parce que j'ai lu cette courte histoire très - trop - vite. Mais quelle passion, et quel beau couple ! La belle et la bête version Spindle Cove vous donnera quelques rougeurs aux joues !
Car sachez que l'usage courant d'une enclume n'est pas forcément celui auquel on aurait pensé - et qu'il peut vraiment faire très très chaud, même par temps de pluie, dans une forge de village...
Je prie pour que Tessa Dare nous écrive l'histoire de la troisième soeur, Charlotte, l'efficace "spirit" de la bande des filles Highwwod (après Minerva, "the brain, et Diana, "The beauty"), toute en spirituelle bonne humeur, charmante et espiègle. Juste histoire de s'assurer que décidément, non, non, non, on ne se lasse pas de Spindle Cove !
, 75 / 5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire