Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

vendredi 31 janvier 2014

L'épouse secrète de Terri Brisbin

Tome 3 de la série "Les Dumont"
Harlequin - Décembre 2013
Résumé éditeur : Lincolnshire, Angleterre, 1198 Depuis deux ans, Catherine, amnésique, est enfermée au couvent, sans savoir comment elle est arrivée là et pourquoi. De son passé tout le monde refuse de lui parler, y compris le comte et la comtesse de Harbridge, qui habitent le domaine voisin et l’ont prise sous leur protection. Sans nom et sans fortune, Catherine a accepté son destin et envisage de prononcer ses vœux. Jusqu’au jour où, invitée au château par la comtesse, elle croise le chemin de Geoffrey, le jeune frère du comte. Et c’est le coup de foudre. Hélas, pour entériner la riche dotation que vient de lui faire le roi Richard, Geoffrey doit impérativement épouser l’héritière d’une grande famille de France. D’ailleurs, plusieurs des prétendantes doivent être reçues avec faste au château, parmi lesquelles il lui faudra choisir sa future femme… 
L'histoire
Tome 3 de la série des "Dumont", où nous faisons la connaissance de Catherine, la sœur de William-Royce, le héros du tome 2. Nous avons entendu parler de cette jeune femme dès le tome 1, puisqu'elle est le levier actionné par le Prince Jean pour pousser William à sa conduite ignominieuse envers Emalie.
Catherine de Severin vit depuis trois ans dans le château du comte et de la comtesse de Harbridge (Christian et Emalie du tome 1). Aujourd'hui âgée de 18 ans, elle se défend d'aimer Geoffrey, le frère cadet du comte, destiné à épouser une héritière pour des raisons politiques, en ces temps troublés où la France et l'Angleterre sont prêts à se déchirer sur les questions de l'Anjou et de l'Aquitaine. Geoffrey, par un tour de passe-passe fort rare à l'époque, est devenu l'héritier de son frère aîné pour les domaines continentaux de la riche famille Dumont. Cette famille côtoie donc les puissants de ce monde.
Au fil des quelques visites du jeune homme, Catherine et lui ont noué une solide amitié. Amitié qui s'est transformée, à présent, en sentiment amoureux. Catherine souffre d'une sévère amnésie sur les événements qui l'ont amenée à quitter son frère William, mais elle sait qu'elle est démunie face aux exigences dues au rang de Geoff. Elle est donc résolue à entrer au couvent. Mais lorsque le prince Jean la menace de nouveau, le sang de Geoff ne fait qu'un tour ! Il se résout à l'emmener sur le continentafin de prêter allégeance à Richard, le roi d'Angleterre.

Mon sentiment
Vous l'aurez compris, l'intrigue de ce roman est riche. Plus riche en événements et en imbrications politiques que les autres. Premier atout. J'aime bien les histoires qui ont un vrai contexte historique !
L'héroïne Catherine n'est pas une bécasse malgré sa douceur. Elle sait qu'elle aime Geoff, elle sait que rien n'est possible, elle connaît ses limites. Deuxième atout : Catherine n'est pas une pleurnicheuse !
Le Prince Jean, malgré la rareté de ses apparitions, campe un méchant très convaincant, Ce genre de méchant puissant, cynique et réellement dangereux qu'on n'aimerait pas croiser au coin d'un sombre corridor. Troisième atout : le danger est réel !
Encore une fois, une héroïne au passé lourd et traumatisant. Quatrième atout : ça lui donne de l'épaisseur.
De quoi déjà passer un bon moment de lecture.
Mais je ne suis, encore une fois, pas tout à fait conquise.
Geoffrey, le jeune héros, ne fait clairement pas le poids face à Jean. Si son grand frère Christian ne l'avait pas secondé, je me demande bien comment il s'en serait sorti ! D'ailleurs, j'ai clairement préféré les pages qui mettaient Christian en scène. 
Si Geoff change agréablement de ces héros omnipotents qui d'un coup de lance défont tous les vils dragons, mais, s'il y a une chose que je n'aime pas, c'est que le héros doute autant de sa demoiselle. Son sentiment pour elle ressemble un peu à un feu de broussailles.
Le coup de l'amnésie, dans deux livres à suivre de la même série, m'a aussi un peu refroidie. j'aurais préféré que l'héroïne se coltine tout de suite avec son passé, le récit aurait peut-être gagné en intensité.
Au final, une bonne et honnête petite récréation médiévale, un peu longuette parfois... Pas inoubliable. 
, 75


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire