Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

vendredi 24 janvier 2014

Le maître de mes désirs de Karin Tabke

Tome 3 de la série "Maîtres et seigneurs"
J'ai Lu - Septembre 2013
Résumé éditeur : 1067. Saxons et Gallois résistent à l'invasion normande, mais les troupes de Guillaume le Conquérant ravagent tout sur leur passage. Jusqu'au jour où les Chevaliers de l'Epée Rouge, ces mercenaires d'élite, sont capturés à la bataille de Hereford. Seul Stefan de Valrey s'échappe, blessé. La chance lui sourit lorsqu'il croise sur son chemin Lady Ariane, princesse galloise. Il l'enlève, sûr d'obtenir la libération de ses frères d'armes grâce à cet otage de prix... sans soupçonner un instant que lui, le bâtard réchappé des prisons maures, va être foudroyé de passion pour la farouche aristocrate.





L'histoire
Changement de cap avec ce tome : l'héroïne n'a plus rien de la farouche guerrière du tome 2, et ce virage à 180° est de prime abord assez déroutant. A l'opposé de Tarian et de sa conduite presque masculine, l'héroïne ici fait penser, dans les premiers chapitres, à un petit chat, toute innocence, toute douceur. Ne pas s'y tromper, ça ne dure guère...
Ariane, farouchement décidée à préserver son cœur de tout sentiment amoureux,  de peur de se transformer en morte-vivant, à l'image de son pauvre papa, n'est absolument pas disposée à s'ouvrir à la passion. Mais avec la rencontre de Stefan, sa ligne de conduite prend du mou... Elle ne cessera dès lors d'osciller entre l'attirance brute qu'elle éprouve pour ce bâtard viril qui en fait sa monnaie d'échange, et son souci de décorum et de confort affectif. Elle ne cédera pas grand-chose dans cette lutte à un Stefan froid, abrupt et péremptoire, malgré toutes les sensations qu'elle peut éprouver dans sa proximité immédiate !.
De son côté, il n'hésite pas à se livrer à des actes extrêmes pour obtenir ce qu'il estime lui être dû.

Mon sentiment
Ces personnalités tranchées auraient du faire de cette romance une histoire forte, passionnée, voire envoûtante. Malheureusement, il m'a manqué des jalons : la tendresse du partage, les conversations où l'on se livre, les gestes doux, les non-dits feutrés ou les clins d’œil complices. Chacun vire et revire tant qu'à la fin, la tête me tournait !
Elle, j'ai regretté qu'elle ne se départisse pas davantage de sa froideur toute raisonneuse. Et je n'ai pas très bien compris le statut de Stefan. C'est un détail, mais pourquoi est-il devenu capitaine des Épées Rouges avec Wulfson à ses côtés? Son caractère aussi m'a paru un peu obscur : presque indifférent et déterminé à se passer de tout sentiment dans sa vie, il se retrouve tout à coup submergé par un sentiment de folie amoureuse. J'ai sans doute raté des étapes, mais l'évolution des caractères ne m'a pas convaincue totalement.
Sans compter que les 30 dernières pages m'ont laissée sur une mauvaise impression. Pourtant l'ensemble reste vraiment une belle histoire, dans la droite ligne des deux premiers tomes, en moins violent que le premier néanmoins.
Disons que mon ressenti pâtit sûrement de l'excellente impression laissée par les très bons premiers tomes. Et disons aussi que c'est une histoire d'atomes crochus.
, 25/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire