Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

samedi 15 mars 2014

Conquise par le Highlander de Julianne MacLean

Tome 2 de la série "Lew highlanders"
Milady - Novembre 2012
Titre VO : Claimed by the Highlander
Résumé éditeur : Avec sa crinière fauve et son corps marqué par les combats, Angus MacDonald est le guerrier le plus redoutable qu'ait jamais vu lady Gwendolen MacEwen. Lorsqu'il prend le château de son père, elle se trouve contrainte de partager son lit avec l'homme qui a défait son clan. Belle et fière, Gwendolen exaspère Angus autant qu'elle l'attire. Mais en l'épousant, leurs clans seraient réunis. Alors que ses talents d'amant ébranlent la réticence de Gwendolen, un complot menace de tout bouleverser.
Deux ans après la fin du premier tome, nous retrouvons Angus Mac Donald.
Le Lion des Highlands, la bête à tuer, insensible, fermé à toute tendresse, et empli de mépris envers tout ce qui ressemble à un semblant d'affection, épouse Gwendolen MacEwen, pour des raisons purement politique. Elle, c'est une femme courageuse et sensible, qui rêve de communion, de partage et de confiance, à l'opposé donc de cet époux imposé par les circonstances.
La romance se cristallise ici autour de cet autre scénario fréquent dans les Highlanders, celui du mariage forcé entre deux héros qui devront s'apprivoiser. Apprivoiser étant bien le mot qui gouvernera la passion qu'éprouve bien vite l'héroïne pour son rugissant mari - franchement, on la comprend, c'est fou ce qu'il est sexy -, un indomptable sceptique que les événements n'auront de cesse de faire douter, avant qu'enfin il rende les armes et finisse par lui ronronner dans les bras.
Si j'ai eu un peu de mal avec le premier tome, pourtant pourvu, à mon avis, de beaucoup de qualités, j'ai vraiment apprécié celui-là. Bien que plus classique dans son déroulement, il se lit avec plaisir, les événements coulent de source, en créant juste ce qu'il faut de suspense pour ne pas laisser retomber notre intérêt.
Tout l'enjeu de ce tome tourne autour de la construction des relations entre les deux époux, qui dépend elle-même grandement de la capacité d'empathie d'Angus à l'égard des êtres qui l'entourent, et de sa femme en particulier. Ce qui donne lieu à de grandes scènes de querelles, de passion et de doutes introspectifs. En fait, ce héros intraitable devra apprendre à abaisser ses défenses. Et c'est ce que j'aime, comme la plupart des lectrices de Highlanders : un héros fort qui doute, qui trébuche, puis qui chemine enfin vesr le bonheur, avant d’accepter l'inéluctable.
Les premières pages du tome 3 augurent plutôt bien de la suite, avec un climat très dramatique, en fait. Lachlan, le héros, est un personnage déjà très présent dans le tome 2, mais, plus lisse, car il ne m'a pas intriguée autant qu'Angus dans le tome 1. A voir ce que la suite lui réserve...

, 75 / 5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire