Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

samedi 1 mars 2014

Pépites d'or de Kristin Hannah

J'Ai Lu - Janvier 1999
Titre VO : A Handful of Heaven
Résumé éditeur : Rock leva les yeux. Une jeune femme se tenait devant lui, un bout de papier chiffonné à la main. 
— Sortez de mon magasin, grogna-t-il. J'ai placé une annonce dans le St. Louis Post pour demander un associé et je l'attends d'un moment à l'autre, alors fichez-moi le camp d'ici ! 
— Justement, votre associé, c'est moi. 
—Très drôle ! 
— J'ai énormément de mal à saisir l'humour de cette situation, monsieur MacKenna. Je viens de parcourir des milliers de kilomètres dans l'espoir de trouver un grand magasin dans une ville en plein essor. Et je constate que je suis la fière propriétaire de quatre bouts de toile pourrie dressés au fin fond de l'Alaska ! 
— Bonté divine ! Vous n'êtes pas... 
— Parfaitement, mon cher, je suis Devon O'Shea.
L'histoire
1896, dans le Yukon, on est loin des luxueux hôtels particuliers londoniens qui peuplent nos chers historiques et autres A&P.
Boue et vase collante qui remontent jusqu'aux genoux, remugles nauséeux de linge sale et de pétrole, tentes brinquebalantes ballotées par la pluie et seuls havres de chaleur lorsqu'il fait - 40°. Devon ne s'attend certainement pas à tout ça lorsqu'elle  débarque, vieille fille rigide et armée de son bon sens, sur un bout de planche qui fait office de quai de débarquement.
La vision d'horreur ne s'arrête pas là, le pire est à venir : Rock (Cornélius, de son vrai nom), son associé, n'est pas non plus synonyme de grande classe, loin s'en faut : il crache, il rote, il se gratte le ventre en se couchant, débraillé, hirsute et grossier, un vrai cauchemar.
Sauf que Miss Tête-Froide, dite aussi miss Bon-Genre, est aussi une miss Forte-Tête, et c'est Rock qui s'y colle, à devoir s'acclimater à cette donzelle toute de sentences percutantes qui sait utiliser son cerveau aussi bien que ses bras pour se faire une place - de chaleur, de douceur, dans ce monde de "bruts".
Non, Rock n'est certes pas de ces héros au passé romantique qui s'est réfugié dans la solitude sauvage d'un monde préservé, même s'il y a un peu de ça. C'est un vrai misanthrope qui, en véritable rustre, se défend de son mieux contre cette invasion de son sale petit univers.

Mon sentiment
On l'a compris, c'est la fable de la carpe et du lapin, et cette improbable rencontre donne lieu, surtout dans la première parie, à d'inénarrables réparties et trouvailles stratégiques de l'un ou de l'autre.
La romance s'installe naturellement, en douceur et en tendresse, imbriquée dans un univers qui dévoile peu à peu sa beauté, celle des hommes frustes qui l'habitent, celle de cette nature encore vierge, ou celle d'une âme d'artiste.
J'ai lu ce court roman très vite, enchantée, ravie, et touchée aussi - oui, on a quelques passages dramatiques qui serrent le cœur -, et je le recommande vivement si vous avez envie d'autre chose.
Mon seul regret, c'est cette légère impression de raccourcis et la fin m'a laissé un peu.. sur ma faim. Ce roman aurait mérité mieux.
, 75 / 5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire