Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

jeudi 13 février 2014

La maîtresse de l'Irlandais de Nicola Cornick

Tome 2 de la série "Scandalous"
Harlequin - Juillet 2013
Titre VO : One Wicked Sin
Résumé éditeur : Londres, 1813. Autrefois reine de la haute société londonienne, Charlotte Cummings a vu son existence voler en éclats lorsque son époux – las de ses frasques – a mis fin à leur mariage du jour au lendemain. Brusquement exclue des soirées mondaines, ruinée et endettée, Charlotte n’a eu d’autre choix que de renoncer à son honneur en vendant ses charmes chez la cruelle Mme Tong. Jusqu’à ce qu’un jour, un troublant gentleman ne lui redonne espoir en lui proposant un pacte aussi tentant que surprenant. Si elle accepte de devenir sa maîtresse, elle retrouvera son statut de lady et les privilèges qui vont avec. D’abord hésitante, Charlotte finit par se soumettre à ce scandaleux marché, même si elle pressent que cet homme mystérieux lui cache quelque chose…
L'histoire
Charlotte Palliser est un drôle de personnage.
Dans le tome 1, elle ne se faisait déjà pas faute de cocufier allègrement son mari (j'ai souvenir d'un intermède au  milieu d'un plat de fraises qui ne la mettait pas particulièrement en valeur). Comme souvent chez Nicola Cornick, voilà une héroïne bien éloignée des conventions romanesques liées à cette époque (1813). Elle est cupide. Elle est déloyale. Elle ne connaît pas le mot "droiture". En bref, elle est "la femme la moins fiable de la Terre", ainsi qu'elle se définit elle-même.
Mais elle a dépassé les bornes. Son mari, un grand banquier huppé, qui l'avait épousée pour des motifs peu avouables, vient de divorcer, et la bonne société l'a bannie aux confins du demi-monde, voire de la prostitution. A 32 ans, elle ne peut se permettre de finir dans la rue. 
Voilà comment elle en arrive à accepter le marché que lui met Ethan Ryder, le baron Saint-Severin, entre les mains : elle sera sa maîtresse, pour éloigner les yeux de la galerie d'activités qu'il veut tenir secrètes. Pas de sentiments, juste un contrat, une façade, une commodité.
Ethan est son pendant. Tandis qu'elle apporte le scandale et le sexe, lui fournit l'argent. Pas spécialement sympathique, c'est la méfiance faite homme. Encore un personnage tout à fait particulier : ni bon anglais, ni héros aristocrate, il est irlandais, a rejoint la cause française, et prisonnier, il est gardé en otage par les autorités anglaises, dans une petite bourgade de province. D'ailleurs l'évocation de ces prisonniers français sur le sol anglais lors des guerres napoléoniennes donne encore un aspect peu convenu au roman.

Mon sentiment
Comme dans Secrets d'émeraude, ces deux héros, de prime abord, m'ont paru peu sympathiques. Pourtant, et à chaque fois, je marche, Nicola Cornick a réussi peu à peu à m'emberlificoter dans leur relation très cohérente, qui se développe et prend de l'ampleur au fil des pages - ponctuée par une attirance charnelle très vive, dans de nombreuses scènes bien écrites et originales.
Cette histoire de confiance, de trahison, de désir, de passion, et d'amour, m'a franchement convaincue.
Lottie, comme Ethan, supportent de lourds secrets qui les ont durablement marqués, et jusqu'à la fin, j'ai été saisie par la suite d'événements qui s'enchaînent avec justesse et sans lourdeur. J'avais tout le temps envie de connaître la suite. Le final, une bien jolie surprise, sort lui-aussi de l'ordinaire : c'est une drôle de rupture par rapport à la tonalité générale du roman, une sorte de pied de nez à toutes les difficultés auxquelles les deux héros ont du faire face. Une bulle d'air frais. Un brin de légèreté.
Au final, j'ai vraiment passé un bon moment !
J'attends de lire avec impatience les tomes suivants, surtout que tous les héros ont déjà fait des apparitions dans ces deux premiers tomes : Garrick, le frère d'Ethan, pour le tome 3, James Devlin, l'ex-amant de Lottie pour le tome 4, Purchase, le prisonnier américain pour le tome 5, et Henry Ward pour le 6. J'espère qu'Harlequin continuera à publier la série !
, 75 / 5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire