Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

dimanche 23 février 2014

Les noces d'Eliott McBride de Jennifer Ashley

Tome 5 de la série "Les MacKenzie"
J'Ai Lu - Juin 2013
Titre VO : The Seduction of Eliott McBride
Résumé éditeur : Le jour de ses noces, Juliana St. John apprend que son fiancé est déjà marié. Heureusement, elle retrouve son amour d'enfance, Elliot McBride, tout juste rentré des Indes, qui lui propose de l'épouser et de s'installer dans sa propriété écossaise. Juliana accepte sur un coup de tête, mais elle déchante à la vue de la bâtisse délabrée qu'elle va devoir entretenir, aidée d'une poignée de serviteurs. Il y a pire : Elliot n'est plus le même. Son comportement étrange inquiète Juliana. Prête à le soutenir de son mieux, elle va vite se rendre compte que son mari lui cache bien des secrets...
Une lecture assez tiède, alors que la cause était gagnée d'avance, avec cette suite d'une série par ailleurs très appréciée.
A la lecture du résumé, j'attendais de ce roman de l'intensité, plus de présence en tout cas, voire même une certaine lourdeur dramatique. Mais les personnages me sont restés bizarrement hermétiques, tant dans leur psychologie que dans leurs relations. Leur passion m'a paru figée, malgré les belles et nombreuses scènes d'amour. Cet amour qui s'exprimait surtout au travers de quelques visions d'enfance, charmantes au demeurant, ou de flash-back d'Elliot lors de sa captivité, m'a donné l'impression d'un sentiment trop léger, presque furtif ou accessoire.
Quant à l'intrigue, très décousue, elle emprunte des culs-de-sac pour mieux revenir en arrière, dans une sorte de mouvement d'hésitations, d'esquisses et d'indécisions.
Par contre, j'ai aimé retrouver dans ce tome cette atmosphère, si particulière à la série, des Highlands de la fin du 19ème siècle. Et, bien sûr, la vision des MacKenzie dûment mariés et heureux en ménage était plaisante, quoique trop ébauchée à mon goût !
Une petite déception pour une lecture mitigée, donc, Jennifer Ashley nous a habituées à mieux !
 / 5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire