Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

samedi 8 février 2014

La perle cachée de Mary Balogh

A paraître chez J'Ai Lu en Juin 2017
Titre VO : The Secret Pearl
Résumé éditeur ( Traduction everalice) : Il la repère d'abord dans l'ombre d'un théâtre londonien, une ravissante créature obligée de vendre son corps pour survivre. Pour la jeune femme qui porte le simple nom de Fleur, cet homme élégant aux yeux hypnotiques fait figure de sauveur inespéré. Et lorsqu'elle l'accepte dans son lit, elle s'attend à ne plus jamais le revoir. Mais alors que Fleur accepte un poste de gouvernante auprès d'une petite fille... elle est frappée de stupeur : elle découvre que son amant de minuit est un puissant aristocrate. Tandis que ces deux cœurs emplis de méfiance s'enflamment et que le scandale les menace, une question demeure : deviendra-t-elle sa maîtresse ou sa femme?


Difficile de raconter cette histoire, tant Mary Balogh tient ses lectrices en haleine en distillant, au fil des pages, les informations strictement nécessaires à l'avancée de l'histoire. Les personnages se dévoilent peu à peu, emplis de zones d'ombres, de peurs, de désillusions, mais aussi, comme toujours chez elle, de ce besoin éperdu de tendresse et de compagnonnage. 
Comme l'indique, même faiblement, le résumé éditeur, Mary Balogh ici pulvérise certains codes de la romance Régence. Ne vous attendez pas à une histoire gentillette, peuplée de pantins aux gants beurre frais et de jolis bonnets à rubans de satin.
D'entrée de jeu, le chapitre 1 donne le la : vous y lirez une scène de sexe comme on n'en trouve nulle part ailleurs chez elle (du moins pour tous les romans que j'ai lus d'elle). Dure, froide et violente, presque insoutenable à lire. Les deux héros sont réduits à de tristes silhouettes mornes, dont l'apathie apparente de l'une répond à la colère glaciale de l'autre. Hallucinant, incroyable. Mary Balogh s'apprête, en quelques centaines de pages, à vous catapulter aux confins d'une de ces histoires criante de vérité, une de ces rencontres improbables et belle à se damner. 
Car Adam Kent, l'homme qui s'est permis cet instant de faiblesse, n'est autre que le duc de Ridgeway, un homme meurtri par la guerre, physiquement, très marqué, et complètement anéanti : ce puissant personnage à la silhouette sombre est un homme seul et désespéré. Lorsqu'il accueille Fleur sur son domaine, c'est pour se racheter de sa très grande faute. Oui, Adam est marié et père. Mais comme toujours, rien n'est aussi simple qu'il y paraît.
A première vue, ce n'est pas très glamour.
Mais Adam Kent fait partie de ces héros extraordinairement romantiques qui feraient pleurer des pierres. Le voir, peu à peu, tomber sous le charme de Fleur, avec tendresse, confusion et honneur est tout simplement magique. Mary Balogh écrit dans ce livre des scènes sensibles et belles à se damner, tant le désir de bonheur d'Adam donne lieu à de merveilleuses pages d'introspections qui serrent le cœur. Et qui mieux que cette auteur sait créer un telle tension sexuelle autour d'un simple effleurement de doigts?
He had paid his dues for a life of incredible privilege and for a childhood of wonderful security. He would be happy again and happy forever. He would open the oyster shell and find the pearl. He opened his eyes and became aware of his surroundings when her head touched his shoulder. She was breathing deeply and evenly. He turned his head very slowly so as not to wake her and rested his cheek against her soft curls. There hands were still clasped together.
He closed his eyes again..
A cette intrigue toute en tension et en frustrations s'agrippe un climat de désenchantement permanent qui plane sur tout le roman. Comment ne pas plaindre l'amère destinée de Sybil, la femme d'Adam et de Thomas? Au final, même le bonheur se teinte de mélancolie...
Magique, ce roman m'a de nouveau entraînée dans un maelstrom d'émotions, grâce à une Mary Balogh au sommet de son art.
Pour une histoire passionnée, parfaitement maîtrisée, et vibrante de romantisme.
  / 5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire