Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

samedi 1 février 2014

The Temporary Wife de Mary Balogh

Signet - 1997
Résumé éditeur (Traduction everalice) : Miss Charity Duncan n'a aucune illusion concernant la demande en mariage de Lord Anthony Earheart. Cet aristocrate arrogant ne s'est que trop bien fait comprendre sur ce qu'il veut : une femme qui fera enrager son père détesté puis qui disparaîtra de sa vie. En échange, la famille de Charity recevra l'argent dont elle a désespérément besoin.  Mais après qu'elle a donné son accord à cette parodie de mariage, Charity a vite fait de découvrir un fait saisissant : elle est tombée amoureuse d'Anthony, et briser leurs liens pourrait bien lui briser le cœur.  
L'histoire
Court roman. 
Histoire convenue, celle du mariage arrangé. 
Héros vus et revus chez Mary Balogh : un pair du royaume, issu de la plus haute sphère sociale, une jeune femme démunie, issue de la petite noblesse de campagne.
Ce qui les réunit : un contrat, signé en bonne et due forme, entre ce Mr Earheart et cette gouvernante effacée et timide.
Mais un contrat tronqué, dès le départ... 

Mon sentiment
... Et nous voilà happés par un de ces romans dont Mary Balogh a le secret : lui n'est pas ce jeune bourgeois qu'il lui donne à penser, elle n'est pas cette employée effacée dont il a cru faire sa marionnette (en tout bien tout honneur !).
Quelques 245 pages plus loin, on souffle... on s'étonne... on s'émerveille... et on en redemande.
De ce talent pour créer des personnages si riches, si vrais, si réactifs, dans une intrigue à la fois très simple et très subtile ; de cette intelligence pour les faire évoluer, interagir, communiquer ; de cette palette pour peindre en quelques touches des lieux si vivants, toujours ces palais, ces coins de nature, ces lacs, ces rivières et ces charmilles si frais et colorés en arrière-plan ; de cette touche de magie, aérienne, pour évoquer le doute, la fermeté, la puissance, la douceur, le chagrin, la tendresse ou l'amour.
Ah oui, Mary Balogh est vraiment la digne héritière de Jane Austen.
Quant à ses duc, ils sont réellement irrésistibles.
, 5  / 5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire