Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

vendredi 21 février 2014

Une proposition inconvenante de Louise Allen

Tome 3 de la série "Danger et désir"
Harlequin - Juin 2013
Titre VO : Married to a Stranger
Résumé éditeur : Hertfordshire, 1809. 
Quand Sophia apprend que son fiancé Daniel vient de périr dans un naufrage, à son retour des Indes, le monde s’écroule autour d’elle… Comment pourra-t-elle subvenir aux besoins de sa famille ruinée ? A vingt-six ans et sans dot, comment espérer se marier un jour ? Certes, neuf ans de séparation ont eu raison de son amour de jeunesse pour Daniel, mais qu’importe l’amour dans une telle situation ? Oui, l’amour n’est pas ce qui préoccupe le plus Sophia dans l’immédiat. Pourtant, quand Callum, le frère jumeau de Daniel, lui propose de l’épouser à la place de son frère pour régler ses problèmes financiers, Sophia hésite. Car non seulement cette proposition lui paraît aussi prosaïque qu’inconvenante, mais tout en elle se révolte à l’idée de s’offrir à cet homme qui s’est toujours montré à son égard d’une indifférence insultante.
L'histoire
Encore une fois, je n'ai pas retrouvé la verve qui égaie parfois les romans de Louise Allen. Elle raconte ici une histoire plus feutrée et conventionnelle, et il ne faut pas s'attendre à y trouver une de ces héroïnes habitées souvent par un petit grain de folie.
Sophia Langley a été fiancée une dizaine d'années à Daniel Chatterton, son ami d'enfance, que l'on a rencontré dans le tome 1. Quelques mois après l'annonce de sa mort, son frère jumeau, Callum, lui propose un mariage de convenance : elle est en passe de devenir une vieille fille employée comme gouvernante, tandis que lui, miné par la douleur de son deuil impossible - original, c'est le frère mort qui se place en rival dans la relation entre les deux héros - souhaite se marier pour s'établir. Tous deux trouvent leur compte dans cet arrangement, et le roman déroule leur installation dans leur vie maritale, sans grand heurt, avec les défis du quotidiens, et des sentiments qui évoluent tout doucement.
Car l'amour ne va pas de soi, loin s'en faut, Sophia ne grimpe pas aux rideaux dès qu'il la touche, et lui la trouve plutôt bien adaptée à son nouveau rôle d'épouse, mais sans plus.

Mon sentiment
 Le défi, pour Louise Allen, c'était de les amener à l'amour, et le roman est réussi, en ce sens que, sans grande envolée, elle parvient plutôt bien au résultat escompté.
Mais j'avoue que j'ai très moyennement aimé les personnages, surtout l'héroïne que j'ai trouvée trop raisonneuse et susceptible, et le héros absent et trop désincarné. Et puis, sans parler de passion, j'aurais aimé plus de tendresse.
Un livre plaisant, mais sans plus. 
, 75 / 5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire