Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

lundi 3 février 2014

La maîtresse du roi de Judith james

Tome 2 de la série "English Restoration"
Titre VO : The King's Courtisan
Harlequin - Mai 2013
Résume éditeur : Cressly Manor, Angleterre, 1662.
Belle, sensuelle et déterminée, Hope Matthews a tout fait pour devenir la favorite du roi d’Angleterre, quitte à y laisser sa vertu. Pour elle, une simple fille de courtisane, cette réussite est un exploit, un rêve inespéré auquel elle est profondément attachée. Malheureusement, son existence dorée vole en éclats lorsque le roi lui annonce l’arrivée à la cour de la future reine d’Angleterre. Du statut de maîtresse royale, admirée et enviée de tous, elle passe soudainement à celui d’indésirable. Furieuse, Hope l’est plus encore lorsqu'elle découvre que le roi a mis en place un plan pour l’éloigner de Londres : sans la consulter, il l’a mariée à l’ombrageux et séduisant capitaine Nichols, un homme arrogant qui ne fait rien pour dissimuler le mépris qu’il éprouve pour elle…
Un très bon roman qui n'a pas déçu mes attentes... 
Il est servi par une écriture parfaite, à la fois vivante et ample, aux descriptions fines sans être lourdes. L'époque est de nouveau bien campée, même si les enjeux historiques prennent ici moins de place que dans le précédent tome, car la guerre est terminée.
C'est d'abord un vrai bonheur de retrouver, après l'émerveillement du tome 1, des personnages aussi attachants et séduisants que Charles II, charmant, lucide et sensuel, ou William de Veres, incomparable de séduction insolente et fou amoureux de sa femme Elizabeth. 
Si je n'ai pas retrouvé le souffle flamboyant du 1er tome (difficile de toute manière à égaler, tant la marche est haute !), j'ai beaucoup aimé ces deux personnages blessés qui se découvrent en s'étant toujours cherchés, par-delà les profondes souffrances que chacun a enfouies en lui. 
Hope, un très joli personnage féminin, toute de lumière, de courage et de lucidité, sans être jamais mièvre ni pleurnicharde, combat sans relâche le sentiment qu'elle a d'être perpétuellement dépossédée d'elle-même. Robert, son mari de par la volonté du roi, est quant à lui une redoutable machine à tuer, à la fois fort et meurtri, sombre et hanté par un passé douloureux (on le serait à moins, certaines scènes sont vraiment très dramatiques). 
Mais tous deux apprennent, au-delà de leurs imperfections ou de leurs doutes, à baisser les armes pour donner un sens à leur vie
Et leur histoire se construit sans pathos, avec naturel, mais aussi avec une espèce de sentiment de merveilleux et une simplicité un rien magique qui la rend d'autant plus romantique.
L'épilogue, très court et suffisamment alléchant, laisse présager d'une suite... The Highwayman, qui devrait sortir en VO cette année. Judith James l'annonce depuis l'année dernière... L'attente est longue !
 / 5





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire