Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

jeudi 20 février 2014

Ce que veulent les gentlemen de Caroline Linden

Tome 1 de la série "Reece Family"
Milady - Août 2014
Titre VO : What a Gentleman Wants
Résumé éditeur (Traduction everalice) : Marcus Reece, duc d'Exeter, a passé le plus clair de son temps à éviter les ennuis à son frère jumeau. Un simple remerciement suffirait ; à la place, son jumeau, rempli d'amertume, contrefait sa signature sur un registre de mariage et lui présente une indésirable épouse. C'est la veuve d'un pasteur qui sait ce qu'elle veut et qui est peut-être la première personne, dans la vie bien ordonné de Marcus, à le faire ... complètement perdre son self-control.
Hannah ne peut s'empêcher de maudire sa propre bêtise. De graves difficultés l'ont conduite à l'autel aux côtés d'un gentleman qu'elle connaît à peine. Complètement bernée, elle est embarrassée, furieuse, et pire, elle est mariée à un étranger tout aussi outragé - un homme exaspérant qui déchaîne en elle toutes sortes d'émotions, sans parler d'un désir dont elle ne veut rien avoir à faire. A contre-cœur, elle accepte de se faire passer pour son épouse jusqu'à ce qu'il mette bon ordre à la situation. Mais la proximité de ce si séduisant duc aux yeux noirs emplis de passion perturbe son cœur pourtant bien gardé - et la fait désirer d'être bien plus que cette femme épanouie, pour la galerie.
Lu en VO
L'histoire
En fait, j'ai lu ce roman sans avoir parcouru le résumé, ce qui a fait que l'effet de surprise a joué à plein lors du tour de passe-passe matrimonial de David, le frère jumeau du duc d'Exeter. C'est en effet le frère cadet qu'on suit, pendant quelques chapitres, et il est vite établi que c'est un sacré bon à rien, faible, emporté, et braillard, que soigne Hannah dans son petit presbytère de campagne. Elle, elle y mène habituellement une vie plutôt morne, désabusée sur son avenir qui ne s'annonce pas vraiment tout rose, puisqu'elle va devoir retourner chez son père, un sacré rustre, après la mort de son époux, avec sa craquante petite fille Molly.
Lorsque David lui propose le mariage, sur un coup de tête, elle prend tout de même le temps de réfléchir, et elle tergiverse, pour finalement opter pour cette solution de repli.
L'incroyable se produit alors : Hannah, ni une ni deux, se retrouve mariée au duc d'Exeter, Lord Marcus Reece, et les voilà tous deux confrontés à une situation plus qu'épineuse.

Mon sentiment
Ce que j'ai aimé dans ce roman, c'est qu'il est sans chichi : oui, Marcus est dédaigneux, et soucieux de sa réputation et de celle de son nom. Mais on ressent bien aussi combien il est travailleur, honnête, puissant et responsable. Soit, il ne connaît pas le prénom de ses domestiques, soit, il ne souhaite pas que Molly l'appelle par son prénom (du coup, elle l'appelle Exetera, l'adorable pitchounette de 4 ans), mais c'est un bien un duc que rencontre Hannah, et pas un de ces petits noblaillons.
Caroline Linden ne fait pas de son Hannah une super héroïne : elle est un peu sonnée, un peu apeurée, et pourtant à la fois résolue et hésitante. Mais elle ne manque pas de courage, de rondeur, de franchise et, d'une manière très cohérente, de sensualité : j'ai adoré la voir peu à peu s'acclimater à son nouvel environnement, y prendre ses marques, affirmer ses goûts, surmonter des situations auxquelles rien ne l'avait préparée. L'histoire d'amour avec son époux est loin d'aller de soi, mais elle est vraiment très bien amenée, avec beaucoup de subtilité.
Autour d'eux, les personnages secondaires sont aussi vraiment originaux : Rosalind, la belle-mère de Marcus et David, complice, lucide, sensible et affectueuse ; Celia, la demi-soeur, 17 ans et encore une âme d'enfant, vive et gracieuse (l'héroine du tome 3) ; David, tourmenté et perdu, si dépendant de sa famille.
La romance se pimente en plus d'une intrigue autour de faux-monnayeurs, avec une dizaine de pages sur la fin qui en cassent un peu le rythme, à mon avis, mais qui font ressortir les liens des personnages, et qui mettent en lumière la personnalité de David, le héros du tome 2. 
Vraiment une bonne surprise !
 / 5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire