Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

jeudi 20 février 2014

L'amour par petite annonce de Debbie Macomber

J'Ai Lu - Juin 3013
Titre VO : Morning Comes Softly
Résumé éditeur : Mary, en Louisiane, découvre l’annonce de Travis dans une gazette du Montana : Cherche épouse pour s’occuper de trois enfants. Doit savoir cuisiner, coudre et chanter. Vivra dans un ranch. Elle répond : Je suis excellente cuisinière, fais mes propres robes et suis soprano à l’église. Je ne connais pas grand-chose du bétail mais ne souffre pas du rhume des foins. Et c’est ainsi qu’elle se retrouve à l’autre bout de l’Amérique.
Fuir sa solitude et se sentir utile, voilà ce qui motive la timide Mary. Travis, lui, s’acharne à conserver la garde des enfants de son frère qui vient de mourir. Tâche trop lourde pour un fermier célibataire ! Ce sera un mariage de pures convenances, pas question d’amour entre ces deux êtres si différents.
Car n’est-ce pas pure folie que d’imaginer trouver l’amour par petite annonce ?
L'histoire
Tout les sépare.
Travis, 36 ans, est un pur éleveur texan, dur à la tâche, solitaire, aussi abrupt que son Montana natal. Mary, 32 ans, est née dans le sud, en Louisiane, et, malgré une petite vie un rien poussiéreuse, qui, mine de rien, l'a peu à peu laissée de côté, elle sait retirer de la vie de ces petits plaisirs douillets si féminins : elle aime la bonne cuisine familiale, elle sait coudre de jolis vêtements, elle adorerait avoir des enfants. C'est peu de dire qu'elle hallucine quand elle débarque dans le Montana.

Mon sentiment
Très archétype tout cela, soit, c'est un des reproches que je ferais à cette histoire : lui, homme des cavernes aux bottes éculées, elle, douce fée du logis au tablier impeccable. Et, à part de minis accrocs ici ou là, on sort très peu de ce schéma. Mais l'auteur a eu le nez, elle a senti le vent, et elle nous propose une seconde romance, avec à la clé un couple beaucoup moins popotte que le couple vedette : Tilly, serveuse au cœur brisé, et Logan, jeune premier amoureux fou, tissent leurs liens en parallèle et franchement, j'ai adoré leur couple (même si j'aurais bien donné une ou deux bourrades amicales à Tilly pour lui apprendre à le faire souffrir comme ça !).
Sans oublier les trois enfants, qui ont chacun leur caractère, et se font la part belle dans l'histoire d'amour entre leurs deux parents adoptifs.
Les deux romances se greffent au mystère lié à la mort des parents des enfants dont Travis a la garde. Une mort qu'il ne peut oublier. Que cet homme tout en silence ne peut se résoudre à effacer de sa mémoire. Qui le ronge. Du coup, ce qui n'aurait pu être qu'une histoire somme toute assez banale - le coup de la petite annonce, les deux univers catapultés - prend un certain relief : souffrance, confusion, maladresse, et vulnérabilité donnent du corps aux  personnages et les rendent très attachants.
Tous ces élément sont vraiment très bien croisés. Ce court roman se lit avec beaucoup d'élan. C'est vrai que l'écriture m'a parfois gênée, car j'aurais aimé qu'elle soit un peu plus développée, certaines scènes me semblant parfois presque raccourcies. Mais au final, le côté "popotte" et "seul maître à bord" des héros s'atténue. L'histoire se déroule comme une jolie courtepointe moelleuse et douillette. Un confortable patchwork posé sur une véranda en bois, au milieu de nulle part.
, 25 / 5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire