Une citation

UNE CITATION
A slow grin spread across Trent's face.
"I believe it's time for bed," he said conversationally.
"It's not even time for luncheon," she protested.
Her husband's smile hadn't a trace of that quiet darkness he usually carried with him.
"That was a ducal order," he clarified, eyes gleaming.
It was foolhardy to let him know how much she adored that commanding tone, so she just slipped from the table. He grabbed her arms.
My American Duchess - Eloisa James

vendredi 21 février 2014

Prisonnière du capitaine de Louise Allen

Tome 2 de la série "Danger et désir"
Harlequin - Août 2013
Titre Vo : Seduced by the Scoundrel
Résumé éditeur : Iles Scilly, 1809. Lorsqu’elle reprend conscience, après le naufrage du navire qui la ramène des Indes en Angleterre, Avril est terrifiée. Car l’homme qui l’a sauvée après l’avoir trouvée à demi morte sur la plage ne ressemble guère aux gentilshommes qu’elle a coutume de rencontrer. Et encore moins la horde de marins qui l’entoure, une bande de vauriens dont il est apparemment le chef. Des hommes qui se seraient déjà jetés sur elle s’il n’avait déclaré sa volonté de faire d’elle sa maîtresse. Certes, elle sait qu’ils ne tenteront rien tant qu’elle restera la femme du capitaine. Mais pour combien de temps ? Et ce qu’il leur a dit est-il vrai ? Comment peut-il imaginer qu’elle acceptera de partager son lit ? D’autant qu’il n’ignore pas qu’elle est une lady et qu’il peut obtenir de sa famille une énorme rançon.
L'histoire
Ce tome, édité en dernier par Harlequin, en réalité deuxième dans l'ordre chronologique de la série (mais ça ne gêne en rien de le lire en dernier), ne me laissera pas un souvenir impérissable. Pourtant, l'idée de départ me plaisait bien : une jeune naufragée de bonne famille est repêchée par le capitaine d'un équipage louche sur une petite île aride, au large des côtes de l'Atlantique. Cette petite troupe se tient prête à intervenir dans une opération secrète d'espionnage.
Les héros, une fois de plus à la marge, ce qui est souvent le cas chez Louise Allen, ne sont pas aussi lisses que dans la plupart des romances régence. Le Comte d'Aunay, immigré franco-anglais, ne rêve que de remettre la main sur son héritage afin de vivre sur ses domaines héréditaires la vie rêvée que la Révolution et la guillotine lui ont confisquée. Loin de lui l'idée de s'attacher, encore moins de tomber amoureux de cette jeune fille anglaise, qui, bien que parfaitement éduquée, n'en reste pas moins fille de commerçants enrichis. Ces personnages étaient certes prometteurs,mais ils m'ont semblé bien sages , trop sans doute, pour que je m'y attache vraiment. Pourtant j'ai aimé le long refus, très motivé par un sentiment d'appartenance sociale, de Luke lorsqu'il se sent tour à tour attiré  par Averill et soucieux de ses propres ambitions.

Mon sentiment
Ce roman se lit facilement, sans véritable engouement,, sans véritable ennui non plus. Il m'a semblé que les sentiments, les scènes d'amour même, manquaient de force et de chaleur : ni très vivants ni très développés.
Du coup, il a bien rempli son office : celui de me détendre quelques heures, sans risquer l'emballement excessif de mon rythme cardiaque.
 / 5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire